En ouverture d'une conférence de presse à Osaka, Kozo Takahashi (Sharp) et Terry Gou (Hon Hai) ont apposé leurs signatures sur le document qui précise que Hon Hai/Foxconn va acquérir, par le biais d'une augmentation de capital, 66% de Sharp pour quelque 389 milliards de yens (3 milliards d'euros). Les termes de cette transaction avaient été annoncés le 30 mars, un peu plus d'un mois après un premier accord qui a dû être renégocié après la transmission tardive par Sharp de documents nécessitant de nouveaux examens par Hon Hai. Sharp a un besoin impérieux de redonner de l'élan à ses piliers que sont notamment les écrans à cristaux liquides (LCD) et d'avancer sur les autres technologies (écrans électroluminescents), alors que la concurrence est très rude et que les fluctuations du marché sont dures à encaisser. Fleuron de la cité industrielle d'Osaka (ouest) aux côtés de Panasonic, Sharp est tombé dans une situation financière catastrophique du fait d'une concurrence féroce que ses technologies LCD de pointe n'ont pas suffi à combattre après la crise financière de 2008-2009. Un redressement par ses propres moyens était de son propre aveu devenu impossible. (Belga)

En ouverture d'une conférence de presse à Osaka, Kozo Takahashi (Sharp) et Terry Gou (Hon Hai) ont apposé leurs signatures sur le document qui précise que Hon Hai/Foxconn va acquérir, par le biais d'une augmentation de capital, 66% de Sharp pour quelque 389 milliards de yens (3 milliards d'euros). Les termes de cette transaction avaient été annoncés le 30 mars, un peu plus d'un mois après un premier accord qui a dû être renégocié après la transmission tardive par Sharp de documents nécessitant de nouveaux examens par Hon Hai. Sharp a un besoin impérieux de redonner de l'élan à ses piliers que sont notamment les écrans à cristaux liquides (LCD) et d'avancer sur les autres technologies (écrans électroluminescents), alors que la concurrence est très rude et que les fluctuations du marché sont dures à encaisser. Fleuron de la cité industrielle d'Osaka (ouest) aux côtés de Panasonic, Sharp est tombé dans une situation financière catastrophique du fait d'une concurrence féroce que ses technologies LCD de pointe n'ont pas suffi à combattre après la crise financière de 2008-2009. Un redressement par ses propres moyens était de son propre aveu devenu impossible. (Belga)