La filiale belge du géant brassicole a connu un automne assez agité avec plusieurs actions de blocages de brasseries en Wallonie et en Flandre. Le contentieux portait alors sur les garanties de revenu et la sécurité d'emploi. Le 6 décembre, un accord de principe sur la sécurité de l'emploi avait été conclu dans le cadre de ces négociations, mais d'autres points restaient à discuter, comme la demande des syndicats d'augmenter le pouvoir d'achat, d'alléger la charge de travail et de résoudre certains problèmes administratifs liés aux salaires. Cette concertation avait été suspendue le 19 décembre et un préavis de grève avait été déposé dans la foulée. Les négociations ont depuis repris. "Nous discutons de l'instauration d'une augmentation salariale de 1,1%, ce qui amène sur la table des sujets tels que le nombre de jours d'ancienneté. Il y a une volonté des deux côtés de poursuivre les discussions, ce qui se fera probablement le mercredi 22 janvier", conclut Kris Croonenborgs. (Belga)

La filiale belge du géant brassicole a connu un automne assez agité avec plusieurs actions de blocages de brasseries en Wallonie et en Flandre. Le contentieux portait alors sur les garanties de revenu et la sécurité d'emploi. Le 6 décembre, un accord de principe sur la sécurité de l'emploi avait été conclu dans le cadre de ces négociations, mais d'autres points restaient à discuter, comme la demande des syndicats d'augmenter le pouvoir d'achat, d'alléger la charge de travail et de résoudre certains problèmes administratifs liés aux salaires. Cette concertation avait été suspendue le 19 décembre et un préavis de grève avait été déposé dans la foulée. Les négociations ont depuis repris. "Nous discutons de l'instauration d'une augmentation salariale de 1,1%, ce qui amène sur la table des sujets tels que le nombre de jours d'ancienneté. Il y a une volonté des deux côtés de poursuivre les discussions, ce qui se fera probablement le mercredi 22 janvier", conclut Kris Croonenborgs. (Belga)