L'entreprise, spécialisée dans les engins de génie civil, subit pour l'heure le contrecoup d'une baisse des commandes. En 2012, malgré un bon premier

trimestre, les volumes produits à Gosselies devraient être de 20% inférieurs à ceux de 2011, a affirmé le porte-parole de l'entreprise.

Pour faire face à la mauvaise conjoncture, l'entreprise avait déjà décidé en juin dernier des mesures de chômage économique pour une partie de son personnel ouvrier. Celles-ci sont d'application depuis le début du mois d'août.

Les mesures de chômage économique touchent inégalement les rangs des ouvriers. Certains secteurs de l'entreprise restent très actifs,

d'autres le sont moins, a encore précisé le porte-parole de l'entreprise. Selon lui, la direction procédera régulièrement à des évaluations de la situation.

En 2009, pour faire face à la crise, l'entreprise, qui emploie quelque 4.000 travailleurs, avait déjà abondamment recouru au chômage économique pour son personnel ouvrier. Elle avait composé avec des mesures de crédit temps pour son personnel employé.

Au-delà des mesures de chômage économique, l'entreprise renouvelle depuis quelques semaines moins rapidement les contrats à durée déterminée. Le nombre de ceux-ci a ainsi commencé à baisser.

Trends.be avec Belga

L'entreprise, spécialisée dans les engins de génie civil, subit pour l'heure le contrecoup d'une baisse des commandes. En 2012, malgré un bon premier trimestre, les volumes produits à Gosselies devraient être de 20% inférieurs à ceux de 2011, a affirmé le porte-parole de l'entreprise. Pour faire face à la mauvaise conjoncture, l'entreprise avait déjà décidé en juin dernier des mesures de chômage économique pour une partie de son personnel ouvrier. Celles-ci sont d'application depuis le début du mois d'août. Les mesures de chômage économique touchent inégalement les rangs des ouvriers. Certains secteurs de l'entreprise restent très actifs, d'autres le sont moins, a encore précisé le porte-parole de l'entreprise. Selon lui, la direction procédera régulièrement à des évaluations de la situation. En 2009, pour faire face à la crise, l'entreprise, qui emploie quelque 4.000 travailleurs, avait déjà abondamment recouru au chômage économique pour son personnel ouvrier. Elle avait composé avec des mesures de crédit temps pour son personnel employé. Au-delà des mesures de chômage économique, l'entreprise renouvelle depuis quelques semaines moins rapidement les contrats à durée déterminée. Le nombre de ceux-ci a ainsi commencé à baisser.Trends.be avec Belga