Le mois dernier a vu la mise sous confinement de Shanghai, capitale économique du pays, et de ses 25 millions d'habitants. Aucune levée générale de ces restrictions sanitaires n'est encore en vue. Principal indicateur des dépenses des ménages, les ventes de détail ont enregistré le mois dernier un repli de 11,1% sur un an, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS). Il s'agit du second mois de baisse d'affilée de cet indice (-3,5% en mars). Particulièrement surveillé par le pouvoir, le taux de chômage s'est quant à lui établi à 6,1% en avril. Ce niveau est proche du record absolu de 6,2% en février 2020, au plus fort de la vague épidémique initiale. Cet indice dresse toutefois un tableau incomplet de la conjoncture: en Chine, le chômage est calculé pour les seuls urbains et exclut de fait les millions de travailleurs migrants, particulièrement vulnérables. Pékin se fixe comme objectif de créer cette année quelque 11 millions d'emplois, un chiffre en baisse par rapport à 2021 (12,69 millions). Un critère qui ne renseigne en rien sur le nombre d'emplois détruits à cause de la crise sanitaire. De son côté, la production industrielle s'est affichée en avril en baisse de 2,9% sur un an, contre une progression de 5% en mars. Les analystes anticipaient un ralentissement (+0,5%), au moment où la mise sous cloche de Shanghai perturbe les chaînes d'approvisionnement. (Belga)

Le mois dernier a vu la mise sous confinement de Shanghai, capitale économique du pays, et de ses 25 millions d'habitants. Aucune levée générale de ces restrictions sanitaires n'est encore en vue. Principal indicateur des dépenses des ménages, les ventes de détail ont enregistré le mois dernier un repli de 11,1% sur un an, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS). Il s'agit du second mois de baisse d'affilée de cet indice (-3,5% en mars). Particulièrement surveillé par le pouvoir, le taux de chômage s'est quant à lui établi à 6,1% en avril. Ce niveau est proche du record absolu de 6,2% en février 2020, au plus fort de la vague épidémique initiale. Cet indice dresse toutefois un tableau incomplet de la conjoncture: en Chine, le chômage est calculé pour les seuls urbains et exclut de fait les millions de travailleurs migrants, particulièrement vulnérables. Pékin se fixe comme objectif de créer cette année quelque 11 millions d'emplois, un chiffre en baisse par rapport à 2021 (12,69 millions). Un critère qui ne renseigne en rien sur le nombre d'emplois détruits à cause de la crise sanitaire. De son côté, la production industrielle s'est affichée en avril en baisse de 2,9% sur un an, contre une progression de 5% en mars. Les analystes anticipaient un ralentissement (+0,5%), au moment où la mise sous cloche de Shanghai perturbe les chaînes d'approvisionnement. (Belga)