Didi, qui avait racheté l'an dernier les opérations d'Uber en Chine à l'issue d'une bataille longue et ruineuse, affirme contrôler aujourd'hui 90% du marché des VTC (Voiture de transport avec chauffeur) dans le pays. Mais pour poursuivre son ambitieux développement à l'étranger ainsi que ses projets de véhicules "intelligents", l'entreprise a obtenu "plus de 5,5 milliards de dollars de nouveaux financements", a indiqué Didi dans un communiqué. Avec cette levée de fonds, Didi Chuxing pèsera environ 50 milliards de dollars, contre environ 35 milliards de dollars précédemment, selon l'agence Bloomberg. Cette valorisation fait de Didi la start-up la mieux valorisée dans le monde derrière son rival Uber (68 milliards de dollars), selon un classement du Wall Street Journal. Le communiqué n'offre aucun détail, mais d'après Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, le consortium d'investisseurs comprendrait le japonais SoftBank ou encore les banques chinoises China Merchants Bank et Bank of Communications. Didi Chuxing, né en 2015 de la fusion de deux applications concurrentes soutenues respectivement par les géants chinois de l'internet Alibaba et Tencent, assure compter 400 millions d'usagers. (Belga)

Didi, qui avait racheté l'an dernier les opérations d'Uber en Chine à l'issue d'une bataille longue et ruineuse, affirme contrôler aujourd'hui 90% du marché des VTC (Voiture de transport avec chauffeur) dans le pays. Mais pour poursuivre son ambitieux développement à l'étranger ainsi que ses projets de véhicules "intelligents", l'entreprise a obtenu "plus de 5,5 milliards de dollars de nouveaux financements", a indiqué Didi dans un communiqué. Avec cette levée de fonds, Didi Chuxing pèsera environ 50 milliards de dollars, contre environ 35 milliards de dollars précédemment, selon l'agence Bloomberg. Cette valorisation fait de Didi la start-up la mieux valorisée dans le monde derrière son rival Uber (68 milliards de dollars), selon un classement du Wall Street Journal. Le communiqué n'offre aucun détail, mais d'après Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, le consortium d'investisseurs comprendrait le japonais SoftBank ou encore les banques chinoises China Merchants Bank et Bank of Communications. Didi Chuxing, né en 2015 de la fusion de deux applications concurrentes soutenues respectivement par les géants chinois de l'internet Alibaba et Tencent, assure compter 400 millions d'usagers. (Belga)