Après notamment Jack Ma, fondateur de son rival Alibaba, c'est le dernier dirigeant en date d'une grande entreprise chinoise à se faire plus discret dans un contexte de reprise en main réglementaire des autorités. Richard Liu (de son nom chinois Liu Qiangdong), qui a créé JD.com en 1998, va "consacrer davantage de temps à l'élaboration des stratégies à long terme de l'entreprise", a indiqué lundi soir la compagnie dans un communiqué. Ces derniers mois, la Chine a lancé une campagne afin de freiner ce qu'elle considère comme un développement "désordonné" des entreprises de l'internet. Les autorités ont par exemple rappelé à l'ordre les géants du secteur sur leurs collectes abusives de données personnelles et les conditions de travail de leurs employés. Elles ont également interdit aux mineurs de jouer plus de trois heures par semaine aux jeux vidéo en ligne, au nom de la réduction des phénomènes d'addiction. JD.com est un poids lourd du commerce électronique en Chine et un concurrent du leader du secteur, Alibaba. Richard Liu avait été arrêté aux Etats-Unis en 2018 après une plainte pour viol déposée par une étudiante chinoise. Il avait pourtant pu rentrer en Chine peu après. JD.com n'a pas donné de raison spécifique à la mise en retrait de son fondateur, soulignant que celui-ci restait le CEO de l'entreprise. Son principal rival, Jack Ma, fait profil bas depuis novembre 2020 et l'annulation par les autorités de l'introduction en Bourse en Chine de la société financière Ant Group, affiliée à Alibaba. Alibaba a par ailleurs écopé en avril 2021 d'une amende record de 2,3 milliards d'euros pour abus de position dominante. Le fondateur de ByteDance (propriétaire de l'application TikTok), Zhang Yiming, avait annoncé en mai quitter la présidence de son groupe. En mars, c'est Colin Huang qui avait quitté son poste de président de la plateforme d'e-commerce Pinduoduo, officiellement pour se concentrer sur la philanthropie. (Belga)

Après notamment Jack Ma, fondateur de son rival Alibaba, c'est le dernier dirigeant en date d'une grande entreprise chinoise à se faire plus discret dans un contexte de reprise en main réglementaire des autorités. Richard Liu (de son nom chinois Liu Qiangdong), qui a créé JD.com en 1998, va "consacrer davantage de temps à l'élaboration des stratégies à long terme de l'entreprise", a indiqué lundi soir la compagnie dans un communiqué. Ces derniers mois, la Chine a lancé une campagne afin de freiner ce qu'elle considère comme un développement "désordonné" des entreprises de l'internet. Les autorités ont par exemple rappelé à l'ordre les géants du secteur sur leurs collectes abusives de données personnelles et les conditions de travail de leurs employés. Elles ont également interdit aux mineurs de jouer plus de trois heures par semaine aux jeux vidéo en ligne, au nom de la réduction des phénomènes d'addiction. JD.com est un poids lourd du commerce électronique en Chine et un concurrent du leader du secteur, Alibaba. Richard Liu avait été arrêté aux Etats-Unis en 2018 après une plainte pour viol déposée par une étudiante chinoise. Il avait pourtant pu rentrer en Chine peu après. JD.com n'a pas donné de raison spécifique à la mise en retrait de son fondateur, soulignant que celui-ci restait le CEO de l'entreprise. Son principal rival, Jack Ma, fait profil bas depuis novembre 2020 et l'annulation par les autorités de l'introduction en Bourse en Chine de la société financière Ant Group, affiliée à Alibaba. Alibaba a par ailleurs écopé en avril 2021 d'une amende record de 2,3 milliards d'euros pour abus de position dominante. Le fondateur de ByteDance (propriétaire de l'application TikTok), Zhang Yiming, avait annoncé en mai quitter la présidence de son groupe. En mars, c'est Colin Huang qui avait quitté son poste de président de la plateforme d'e-commerce Pinduoduo, officiellement pour se concentrer sur la philanthropie. (Belga)