La société de Mont-Saint-Guibert estime pourtant que ces résultats " confirmaient la confiance dans notre programme clinique ". " Rien ne change dans notre plan stratégique, notre priorité clinique pour les 12 mois à venir reste d'amener le CYAD-01 en phase 2 ", explique Michel Lussier, président du conseil d'administration.

Les derniers essais ont confirmé la qualité et la sécurité de ce traitement cellulaire contre la leucémie myéloïde aiguë. La recherche en cours permettra d'affiner trois paramètres : les doses optimales, le support ou non d'une chimiothérapie, la puissance des cellules elles-mêmes. " Avec ces résultats, nous sommes devant un arbre de décisions destiné à fixer les conditions optimales à retenir, poursuit Michel Lussier. Pour passer en phase 2, tous ces paramètres doivent être fixés. Je comprends la déception des actionnaires qui, suite aux premiers signaux d'efficacité extrêmement positifs montrés en fin d'année dernière, attendaient des résultats de la même veine, mais les études de phase 1 ont précisément pour but de déterminer les paramètres optimaux. Nous avançons comme prévu, nous maintenons le cap. "

Le président du conseil d'administration rappelle que Celyad a également d'autres atouts dans sa manche. Il teste deux plateformes allogéniques (via des banques de cellules). Ces approches rendront ses produits beaucoup moins onéreux. Celyad développe également un traitement contre le cancer colorectal, le deuxième plus fréquent, tant chez l'homme que chez la femme. " Nous avons une excellente équipe autour de notre nouveau CEO Filippo Petti (le fondateur Christian Homsy dirige désormais le comité stratégique au sein du conseil d'administration, Ndlr) et nous sommes capables de monter le volume de production de cellules sans perdre en qualité, dès que nous serons commercialisés ", conclut Michel Lussier.

40,5 millions d'euros

La position de trésorerie permet à Celyad de voir venir pendant une bonne année.