Vendredi, le reste des 502 travailleurs faisant partie de cette première vague de départs fera son entrée dans la troisième cellule de reconversion, localisée à Châtelineau (Châtelet).

Les 502 travailleurs ont été répartis dans les trois cellules sur base de leur domicile. Licenciés fin avril, ils devaient les intégrer après une semaine de battement nécessaire à la formation des accompagnateurs sociaux, d'anciens travailleurs qui feront valoir auprès des conseillers du Forem la connaissance de leurs collègues.

Lancées le 3 mai dernier sur trois sites (Châtelineau, La Louvière, Namur), les cellules de reconversion accueillent les premiers travailleurs licenciés. Entre les deux dates, les conseillers des cellules ont articulé leur travail avec les accompagnateurs sociaux, qui sont en réalité d'anciens travailleurs de Caterpillar.

Plusieurs tâches sont inscrites au programme des cellules de reconversion au cours des premières semaines, notamment celles de gérer le changement induit par le départ de l'entreprise, la réalisation de CV et de lettres de motivation.

L'organisation des cellules de reconversion a été mise en place au cours des derniers mois par les équipes du Forem. Sur les trois prochaines années, leur coût a été estimé à quelque 7,8 millions d'euros, un chiffre qui reprend notamment l'organisation des cellules proprement dites et la mise en place des formations. Les dépenses devraient être couvertes par des contributions de la Région wallonne, du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation ainsi que de Caterpillar.

Vendredi, le reste des 502 travailleurs faisant partie de cette première vague de départs fera son entrée dans la troisième cellule de reconversion, localisée à Châtelineau (Châtelet).Les 502 travailleurs ont été répartis dans les trois cellules sur base de leur domicile. Licenciés fin avril, ils devaient les intégrer après une semaine de battement nécessaire à la formation des accompagnateurs sociaux, d'anciens travailleurs qui feront valoir auprès des conseillers du Forem la connaissance de leurs collègues.Lancées le 3 mai dernier sur trois sites (Châtelineau, La Louvière, Namur), les cellules de reconversion accueillent les premiers travailleurs licenciés. Entre les deux dates, les conseillers des cellules ont articulé leur travail avec les accompagnateurs sociaux, qui sont en réalité d'anciens travailleurs de Caterpillar. Plusieurs tâches sont inscrites au programme des cellules de reconversion au cours des premières semaines, notamment celles de gérer le changement induit par le départ de l'entreprise, la réalisation de CV et de lettres de motivation. L'organisation des cellules de reconversion a été mise en place au cours des derniers mois par les équipes du Forem. Sur les trois prochaines années, leur coût a été estimé à quelque 7,8 millions d'euros, un chiffre qui reprend notamment l'organisation des cellules proprement dites et la mise en place des formations. Les dépenses devraient être couvertes par des contributions de la Région wallonne, du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation ainsi que de Caterpillar.