Roman, essai, recueil de poésie, de nouvelles, etc. Celui qui termine l'écriture de son manuscrit a plusieurs options. Soit il envoie son bébé à une maison d'édition qui le passera dans une moulinette dont le rôle consiste à filtrer, chaque année, jusqu'à 5.000 manuscrits afin d'en garder deux ou trois (du moins pour les grandes maisons). Soit il choisit l'édition à compte d'auteur ou l'auto-édition, qui lui garantissent une parution mais souvent à fonds perdus, et service promo non compris. Soit, enfin (et comme la majorité des auteurs), il laisse son manuscrit dormir gentiment dans son tiroir ou, plus romanesque, il espère qu'il terminera dans la bibliothèque Brautigan des manuscrits refusés -les amateurs de littérature comprendront. Mais ça, ...