Après une présentation de l'ensemble des réformes par Charles Michel, "chacun a pu exposer son point de vue" et "il y a une volonté commune de travailler, de concertation sociale", a commenté à sa sortie le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine. "Notre jugement ne change pas" concernant les mesures prises, a souligné Marie-Hélène Ska (CSC), insistant sur l'importance d'un apport de clarté rapide sur l'évolution des salaires ainsi que sur la concertation sociale. "Nous n'avons jamais refusé de nous mettre autour de la table", mais il faut qu'il y ait des marges de négociations, a-t-elle estimé. "Beaucoup de précisions restent à obtenir notamment au sujet de la flexibilité du travail." Le discours était sensiblement le même du côté de la FGTB. "Il est clair qu'on ne partage pas l'analyse du gouvernement", a avancé Marc Goblet. "Car nous avons d'autres alternatives." CSC, FGTB et CGSLB décideront la semaine prochaine de l'opportunité de mener des actions. Les thèmes pouvant faire l'objet de négociations au sein du Groupe des 10 ont été abordés. Le gouvernement doit rencontrer le patronat dans l'après-midi. (Belga)