"Il est positif que le gouvernement regarde surtout du côté des dépenses", estime Hans Maertens, administrateur délégué du Voka. "Notre gouvernement peut présenter un budget qui est conforme aux recommandations européennes. Notre déficit est en outre encore réduit", se félicite-t-il. Le Voka se retrouve également dans les mesures décidées relatives au travail maniable et faisable. Elles "donnent aux entrepreneurs un coup de pouce longuement attendu pour pouvoir organiser le travail de manière flexible". Les débats sur la réforme de l'impôt des sociétés doivent en revanche encore se poursuivre. "Ce report ne peut pas devenir un abandon" de la réforme, prévient Hans Maertens. Une taxation sur les plus-values demeure quant à elle absolument non négociable pour le Voka. Elle "dissuaderait nos investisseurs et porterait de sérieux dommages à notre économie", prédit-il. (Belga)