Le remplaçant de Swissport, tombé en faillite, à l'aéroport de Zaventem y lancera ses activités ce mercredi 1er juillet. D'autres contrats devraient suivre dans les jours et semaines à venir, des négociations étant en cours avec de nombreux autres transporteurs.

Alyzia a été désigné il y a 10 jours pour remplacer Swissport à Brussels Airport pour la manutention des bagages et l'assistance en piste. La société française a obtenu une licence temporaire pour six mois, qu'elle espère voir devenir permanente. Le lancement de ses activités est prévu pour ce 1er juillet.

Celui-ci aura bien lieu ce mercredi, l'entreprise ayant signé un contrat avec Alitalia, confirme son CEO Mounir Khablachi à Belga. "Des négociations sont par ailleurs en cours avec tout un tas d'autres compagnies mais il est difficile pour elles de prendre des décisions aussi rapides", explique-t-il. Il espère aboutir à des accords "dans les prochains jours". Le patron dit par contre ignorer précisément à combien de salariés correspond la signature d'un contrat. Ceux engagés pour prêter assistance à Alitalia sont en tous cas d'anciens salariés de Swissport, a-t-il confié. Pour le reste, l'analyse sur les besoins en personnel est en cours, indique-t-on chez Brussels Airport.

Certains accords non transposables

La direction d'Alyzia a rencontré la semaine dernière les syndicats et les ex-travailleurs de Swissport et leur a clairement signifié qu'elle entendait récupérer le personnel nécessaire en première ligne, en raison des qualifications de celui-ci, a encore détaillé Mounir Khablachi. Les conditions de travail différeront cependant de celles qui étaient les leurs chez Swissport, a-t-il prévenu, certains accords n'étant pas transposables. Aucune autre entrevue avec les syndicats n'est prévue dans l'immédiat.

"On attend de pouvoir se développer un peu. Le trafic est actuellement faible après la crise du Covid-19 et le niveau d'emploi au sein d'Alyzia est très faible", justifie le CEO français. Selon l'aéroport, l'entreprise devrait recevoir très prochainement, sans doute ce mardi, un agrément temporaire de la part de la Direction générale Transport aérien (DGTA) du SPF Mobilité. Elle utilisera son propre matériel dès mercredi et le personnel arborera déjà quelques signes distinctifs permettant de le différencier de celui d'Aviapartner.

Les contacts avec l'aéroport sont, eux, devenus quotidiens, glisse-t-on chez Brussels Airport, qui a poussé Alyzia à s'appuyer sur l'ancien personnel de Swissport afin de pouvoir être directement opérationnelle. Outre les travailleurs de première ligne, plusieurs cadres devraient ainsi rejoindre l'entreprise française. C'est déjà le cas pour l'un d'entre eux. "Et d'autres suivront", conclut Mounir Khablachi.

Le remplaçant de Swissport, tombé en faillite, à l'aéroport de Zaventem y lancera ses activités ce mercredi 1er juillet. D'autres contrats devraient suivre dans les jours et semaines à venir, des négociations étant en cours avec de nombreux autres transporteurs.Alyzia a été désigné il y a 10 jours pour remplacer Swissport à Brussels Airport pour la manutention des bagages et l'assistance en piste. La société française a obtenu une licence temporaire pour six mois, qu'elle espère voir devenir permanente. Le lancement de ses activités est prévu pour ce 1er juillet.Celui-ci aura bien lieu ce mercredi, l'entreprise ayant signé un contrat avec Alitalia, confirme son CEO Mounir Khablachi à Belga. "Des négociations sont par ailleurs en cours avec tout un tas d'autres compagnies mais il est difficile pour elles de prendre des décisions aussi rapides", explique-t-il. Il espère aboutir à des accords "dans les prochains jours". Le patron dit par contre ignorer précisément à combien de salariés correspond la signature d'un contrat. Ceux engagés pour prêter assistance à Alitalia sont en tous cas d'anciens salariés de Swissport, a-t-il confié. Pour le reste, l'analyse sur les besoins en personnel est en cours, indique-t-on chez Brussels Airport. La direction d'Alyzia a rencontré la semaine dernière les syndicats et les ex-travailleurs de Swissport et leur a clairement signifié qu'elle entendait récupérer le personnel nécessaire en première ligne, en raison des qualifications de celui-ci, a encore détaillé Mounir Khablachi. Les conditions de travail différeront cependant de celles qui étaient les leurs chez Swissport, a-t-il prévenu, certains accords n'étant pas transposables. Aucune autre entrevue avec les syndicats n'est prévue dans l'immédiat. "On attend de pouvoir se développer un peu. Le trafic est actuellement faible après la crise du Covid-19 et le niveau d'emploi au sein d'Alyzia est très faible", justifie le CEO français. Selon l'aéroport, l'entreprise devrait recevoir très prochainement, sans doute ce mardi, un agrément temporaire de la part de la Direction générale Transport aérien (DGTA) du SPF Mobilité. Elle utilisera son propre matériel dès mercredi et le personnel arborera déjà quelques signes distinctifs permettant de le différencier de celui d'Aviapartner. Les contacts avec l'aéroport sont, eux, devenus quotidiens, glisse-t-on chez Brussels Airport, qui a poussé Alyzia à s'appuyer sur l'ancien personnel de Swissport afin de pouvoir être directement opérationnelle. Outre les travailleurs de première ligne, plusieurs cadres devraient ainsi rejoindre l'entreprise française. C'est déjà le cas pour l'un d'entre eux. "Et d'autres suivront", conclut Mounir Khablachi.