"Vu le contexte de fatigue et de stress, nous avons rappelé au personnel de suivre à 100% les règles de sécurité. Si ce n'est pas le cas, les avions ne décollent pas par sécurité pour les passagers. Il y a déjà eu des annulations dans ce cadre-là et il pourrait encore y en avoir", indique Didier Lebbe. Pas de grève en vue toutefois au sein de la compagnie. "Nous ne voulons pas ennuyer les passagers. Et puis une grève chez Brussels Airlines serait limitée de toute façon au sein de Lufthansa qui décide de tout". "Nous appelons aussi l'Etat belge qui a investi 290 millions d'euros dans la compagnie pour l'aider à prendre ses responsabilités. Lufthansa décide de tout et au train où vont les choses il n'y restera plus rien dans cette compagnie", ajoute-t-il. Une nouvelle réunion entre syndicats de la compagnie et la direction est prévue lundi 9 août. Lundi, les syndicats ont distribué des tracts aux passagers pour les sensibiliser à leur charge de travail. La direction a par la suite indiqué qu'elle reconnaissait le problème et qu'elle voulait chercher des solutions. Lors d'une réunion, la direction a ensuite soumis diverses propositions aux syndicats. Elle veut notamment augmenter les effectifs de 20 équivalents temps plein. Mais selon les syndicats, cela n'est qu'une solution de secours pour les personnes qui décrochent. D'autres propositions visant à rendre les combinaisons de vols les plus lourdes plus supportables pour le personnel n'ont aucun impact sur la majorité du personnel, selon les syndicats. (Belga)

"Vu le contexte de fatigue et de stress, nous avons rappelé au personnel de suivre à 100% les règles de sécurité. Si ce n'est pas le cas, les avions ne décollent pas par sécurité pour les passagers. Il y a déjà eu des annulations dans ce cadre-là et il pourrait encore y en avoir", indique Didier Lebbe. Pas de grève en vue toutefois au sein de la compagnie. "Nous ne voulons pas ennuyer les passagers. Et puis une grève chez Brussels Airlines serait limitée de toute façon au sein de Lufthansa qui décide de tout". "Nous appelons aussi l'Etat belge qui a investi 290 millions d'euros dans la compagnie pour l'aider à prendre ses responsabilités. Lufthansa décide de tout et au train où vont les choses il n'y restera plus rien dans cette compagnie", ajoute-t-il. Une nouvelle réunion entre syndicats de la compagnie et la direction est prévue lundi 9 août. Lundi, les syndicats ont distribué des tracts aux passagers pour les sensibiliser à leur charge de travail. La direction a par la suite indiqué qu'elle reconnaissait le problème et qu'elle voulait chercher des solutions. Lors d'une réunion, la direction a ensuite soumis diverses propositions aux syndicats. Elle veut notamment augmenter les effectifs de 20 équivalents temps plein. Mais selon les syndicats, cela n'est qu'une solution de secours pour les personnes qui décrochent. D'autres propositions visant à rendre les combinaisons de vols les plus lourdes plus supportables pour le personnel n'ont aucun impact sur la majorité du personnel, selon les syndicats. (Belga)