L'opération, dont le montant n'a pas été communiqué, devrait être bouclée au début du mois d'avril, après le feu vert des autorités de la concurrence.

La société belge qui emploie aujourd'hui 60 personnes dont 35 à Liège, a vu le jour en 2005. Touchée par la crise financière, elle a dû passer par une phase de restructuration et s'entourer de nouveaux investisseurs. En 2016, son chiffre d'affaires a atteint 11,5 millions d'euros.

"Nous avons privilégié un partenaire industriel. Avec British Telecom, nous nous positionnons désormais en tant que numéro deux mondial du secteur", a précisé Didier Mattivi.

Pour la société belge, il s'agit donc d'un "événement heureux" qui ne devrait avoir aucune conséquence pour les employés. "Dans le cadre de ce rachat, les équipes de management d'IP Trade vont être intégrées aux équipes de BT", a en effet assuré l'administrateur délégué. "Le produit IP Trade va venir compléter le portfolio de BT, mais les équipes de développement résideront toujours à Liège", a-t-il ajouté.

L'opération, dont le montant n'a pas été communiqué, devrait être bouclée au début du mois d'avril, après le feu vert des autorités de la concurrence.La société belge qui emploie aujourd'hui 60 personnes dont 35 à Liège, a vu le jour en 2005. Touchée par la crise financière, elle a dû passer par une phase de restructuration et s'entourer de nouveaux investisseurs. En 2016, son chiffre d'affaires a atteint 11,5 millions d'euros. "Nous avons privilégié un partenaire industriel. Avec British Telecom, nous nous positionnons désormais en tant que numéro deux mondial du secteur", a précisé Didier Mattivi. Pour la société belge, il s'agit donc d'un "événement heureux" qui ne devrait avoir aucune conséquence pour les employés. "Dans le cadre de ce rachat, les équipes de management d'IP Trade vont être intégrées aux équipes de BT", a en effet assuré l'administrateur délégué. "Le produit IP Trade va venir compléter le portfolio de BT, mais les équipes de développement résideront toujours à Liège", a-t-il ajouté.