Les magasins du Basilix (Berchem-Sainte-Agathe), de Waterloo, Drogenbos, Froyennes, Jambes, Haine-Saint-Pierre, Ecaussines, Ghlin, Fontaine-L'Evêque et La Louvière étaient fermés samedi matin selon les informations dont disposait M. Cusumano. "Il y a eu un mot d'ordre au sein de la CNE", a-t-il indiqué. "Nous avons négocié la semaine passée, peut-être pour la dernière fois", précise le permanent CNE, qui ajoute attendre un signe positif de la direction après le rejet du texte par les affiliés. Le SETCa consulte actuellement ses membres quant à cette proposition patronale. Le syndicat socialiste n'est pas à l'initiative du mouvement de samedi, mais dénonce l'attitude de la direction qui a mis les travailleurs "dans l'expectative" depuis janvier et entretient "un climat de tension", selon les mots de Myrian Delmée, vice-présidente du SETCa Commerce. Le SETCa se prononcera mercredi sur la dernière mouture du plan. Annoncé au début du mois de janvier, le plan "Back to Growth" prévoit notamment des réductions salariales et exige des travailleurs plus de polyvalence et de flexibilité. (Belga)

Les magasins du Basilix (Berchem-Sainte-Agathe), de Waterloo, Drogenbos, Froyennes, Jambes, Haine-Saint-Pierre, Ecaussines, Ghlin, Fontaine-L'Evêque et La Louvière étaient fermés samedi matin selon les informations dont disposait M. Cusumano. "Il y a eu un mot d'ordre au sein de la CNE", a-t-il indiqué. "Nous avons négocié la semaine passée, peut-être pour la dernière fois", précise le permanent CNE, qui ajoute attendre un signe positif de la direction après le rejet du texte par les affiliés. Le SETCa consulte actuellement ses membres quant à cette proposition patronale. Le syndicat socialiste n'est pas à l'initiative du mouvement de samedi, mais dénonce l'attitude de la direction qui a mis les travailleurs "dans l'expectative" depuis janvier et entretient "un climat de tension", selon les mots de Myrian Delmée, vice-présidente du SETCa Commerce. Le SETCa se prononcera mercredi sur la dernière mouture du plan. Annoncé au début du mois de janvier, le plan "Back to Growth" prévoit notamment des réductions salariales et exige des travailleurs plus de polyvalence et de flexibilité. (Belga)