À l'instar d'autres combustibles et carburants, les prix du gasoil de chauffage ont fortement augmenté ces derniers temps, franchissant même le seuil symbolique d'un euro le litre (pour une commande de moins de 2.000 litres). Et ce n'est pas fini, avec la guerre en Ukraine, craint-on. Le directeur de Brafco, Johan Mattart, plaide dès lors auprès de la ministre de l'Energie, Tinne Van der Straeten, pour qu'elle mette également la question du mazout de chauffage sur la table européenne. Tinne Van der Straeten a en effet annoncé qu'elle plaiderait lors d'une réunion en urgence des ministres européens de l'Énergie pour un plafonnement du prix du gaz au niveau européen. Si ce n'est pas possible, Brafco demande une solution du type de celle qui avait été adoptée en 2005. "Une réduction de 17,35% avait alors été décidée sur la facture de mazout de chauffage, équivalente à la TVA. Les prix étaient également hauts à l'époque. Mais nous sommes aujourd'hui à près du double des 50 centimes d'euro le litre que le mazout coûtait alors". Brafco rappelle au passage aux consommateurs que c'est en principe le jour de livraison effective du gasoil de chauffage qui détermine le prix. "Pour éviter des surprises désagréables, le mieux est de s'accorder à l'avance sur le prix avec le fournisseur", conseille la fédération sectorielle. (Belga)

À l'instar d'autres combustibles et carburants, les prix du gasoil de chauffage ont fortement augmenté ces derniers temps, franchissant même le seuil symbolique d'un euro le litre (pour une commande de moins de 2.000 litres). Et ce n'est pas fini, avec la guerre en Ukraine, craint-on. Le directeur de Brafco, Johan Mattart, plaide dès lors auprès de la ministre de l'Energie, Tinne Van der Straeten, pour qu'elle mette également la question du mazout de chauffage sur la table européenne. Tinne Van der Straeten a en effet annoncé qu'elle plaiderait lors d'une réunion en urgence des ministres européens de l'Énergie pour un plafonnement du prix du gaz au niveau européen. Si ce n'est pas possible, Brafco demande une solution du type de celle qui avait été adoptée en 2005. "Une réduction de 17,35% avait alors été décidée sur la facture de mazout de chauffage, équivalente à la TVA. Les prix étaient également hauts à l'époque. Mais nous sommes aujourd'hui à près du double des 50 centimes d'euro le litre que le mazout coûtait alors". Brafco rappelle au passage aux consommateurs que c'est en principe le jour de livraison effective du gasoil de chauffage qui détermine le prix. "Pour éviter des surprises désagréables, le mieux est de s'accorder à l'avance sur le prix avec le fournisseur", conseille la fédération sectorielle. (Belga)