Les produits d'exploitation de l'entreprise postale et de logistique ont atteint 935,7 millions d'euros au deuxième trimestre (+0,8%). Cela découle notamment d'une augmentation du volume des colis en Belgique et aux Pays-Bas et de la vente du bâtiment Centre Monnaie alors que, dans l'autre sens, le volume du courrier domestique a poursuivi sa baisse.

L'ebit normalisé (résultat opérationnel) est de 107,5 millions d'euros, en légère baisse (-0,7%) par rapport au deuxième trimestre 2018 alors que le bénéfice net de Bpost au deuxième trimestre se monte à 68,6 millions d'euros, en recul de 5,9%.

Sur l'ensemble du premier semestre, les produits d'exploitation sont stables (-0,1%), à 1,84 milliard d'euros, l'ebit normalisé diminue de 7,8%, à 203,3 millions d'euros tandis que le bénéfice net s'élève à 123,7 millions d'euros, en recul sensible (-13,2%).

Le bénéfice net de Bpost SA selon les normes belges GAAP, qui sert de référence pour le calcul du dividende, est de 40,1 millions d'euros (-51,5%) au deuxième trimestre et 100,2 millions (-35,3%) au premier semestre.

La filiale américaine Radial, qui a connu d'importantes difficultés depuis son rachat par Bpost, continue à être dans le rouge mais "les nouveaux contrats signés par Radial durant le premier semestre sont supérieurs aux attentes et prometteurs pour l'avenir", souligne le CEO de Bpost, Koen Van Gerven, cité dans un communiqué.

Pour 2019, Bpost a pour objectifs des produits d'exploitation stables par rapport à 2018, ventes de bâtiments incluses, un ebit normalisé de plus de 300 millions d'euros et la distribution d'un dividende d'au moins 85% des résultats BGAAP 2019 de Bpost SA.