"Les équipes scientifiques estiment qu'en tout, environ 4,9 millions de barils de pétrole se sont échappés du puits", indiquent les responsables de l'équipe de réponse conjointe, qui réunit BP et le gouvernement américain, dans un communiqué accompagnant cette nouvelle estimation.

"Une partie de ce pétrole et de ce gaz ne s'est pas déversée dans l'océan: les activités d'endiguement menées par BP et dirigées par les Etats-Unis ont permis de capter environ 800.000 barils de pétrole" avant que l'entonnoir ne soit placé sur le puits, mi-juillet, poursuit le communiqué.

A titre de comparaison, 41 millions de litres de brut s'étaient déversés sur le littoral d'Alaska (nord-est) lors de la marée noire provoquée par l'Exxon Valdez en 1989 et 1 635 000 barils lors du naufrage de l'Amoco Cadiz, le long des cotes de Bretagne en 1978.

Trends.be avec Belga

"Les équipes scientifiques estiment qu'en tout, environ 4,9 millions de barils de pétrole se sont échappés du puits", indiquent les responsables de l'équipe de réponse conjointe, qui réunit BP et le gouvernement américain, dans un communiqué accompagnant cette nouvelle estimation. "Une partie de ce pétrole et de ce gaz ne s'est pas déversée dans l'océan: les activités d'endiguement menées par BP et dirigées par les Etats-Unis ont permis de capter environ 800.000 barils de pétrole" avant que l'entonnoir ne soit placé sur le puits, mi-juillet, poursuit le communiqué. A titre de comparaison, 41 millions de litres de brut s'étaient déversés sur le littoral d'Alaska (nord-est) lors de la marée noire provoquée par l'Exxon Valdez en 1989 et 1 635 000 barils lors du naufrage de l'Amoco Cadiz, le long des cotes de Bretagne en 1978. Trends.be avec Belga