Avant impôts en 2016, la filiale belge de Booking.com a enregistré un bénéfice de 1,2 million d'euros, selon le bilan annuel déposé à la Banque nationale de Belgique. Un montant assez maigre en regard de son implantation dans le pays. Au total, Booking.com a payé au fisc belge l'année passée 400.000 euros, dérisoire par rapport aux profits qui filent directement vers les Pays-Bas, observent les quotidiens.

"Nous facturons effectivement nos commissions depuis notre siège social aux Pays-Bas (Booking.com B.V., NDLR)", confirme Peter Verhoeven, responsable des relations du site internet avec ses partenaires dans 180 pays. Booking.com bénéficie chez nos voisins d'une niche fiscale réduisant à 5% son taux d'imposition sur ses activités dites "d'innovation".

La fuite se chiffrerait pour l'administration fiscale belge en millions d'euros. Si le fisc belge souhaite réclamer à Booking.com un montant d'arriérés d'impôts qu'il juge dû - ce qu'il n'a pas fait, comme le confirme Francis Adyns, porte-parole de l'administration fiscale -, il devrait alors prouver que "l'intermédiaire belge engage la société mère. Ce qui pourrait s'avérer très compliqué", relève Edoardo Traversa, professeur spécialisé en droit fiscal à l'UCL.

Avant impôts en 2016, la filiale belge de Booking.com a enregistré un bénéfice de 1,2 million d'euros, selon le bilan annuel déposé à la Banque nationale de Belgique. Un montant assez maigre en regard de son implantation dans le pays. Au total, Booking.com a payé au fisc belge l'année passée 400.000 euros, dérisoire par rapport aux profits qui filent directement vers les Pays-Bas, observent les quotidiens. "Nous facturons effectivement nos commissions depuis notre siège social aux Pays-Bas (Booking.com B.V., NDLR)", confirme Peter Verhoeven, responsable des relations du site internet avec ses partenaires dans 180 pays. Booking.com bénéficie chez nos voisins d'une niche fiscale réduisant à 5% son taux d'imposition sur ses activités dites "d'innovation". La fuite se chiffrerait pour l'administration fiscale belge en millions d'euros. Si le fisc belge souhaite réclamer à Booking.com un montant d'arriérés d'impôts qu'il juge dû - ce qu'il n'a pas fait, comme le confirme Francis Adyns, porte-parole de l'administration fiscale -, il devrait alors prouver que "l'intermédiaire belge engage la société mère. Ce qui pourrait s'avérer très compliqué", relève Edoardo Traversa, professeur spécialisé en droit fiscal à l'UCL.