Habiller son enfant. Voilà bien une étape de la journée qui peut rapidement devenir un sacré défi. Trouver le vêtement idéal qui comblera les parents mais surtout celui qui le porte n'est pas une mince affaire. Pour satisfaire tout le monde, deux créatrices belges ont décidé de revoir la mode des moins de 10 ans. Elles ont créé il y a un an Bonjour Maurice, une marque responsable et équitable.
...

Habiller son enfant. Voilà bien une étape de la journée qui peut rapidement devenir un sacré défi. Trouver le vêtement idéal qui comblera les parents mais surtout celui qui le porte n'est pas une mince affaire. Pour satisfaire tout le monde, deux créatrices belges ont décidé de revoir la mode des moins de 10 ans. Elles ont créé il y a un an Bonjour Maurice, une marque responsable et équitable. Mais si cette initiative est déjà louable, c'est surtout grâce à un autre concept que la petite marque belge se... démarque. L'ensemble de ses habits sont réversibles, permettant donc un double usage, " pratique, notamment, en cas de taches au milieu de la journée ", sourit Géraldine De Mey, l'une des fondatrices. L'objectif n'est pas seulement d'éviter les problèmes de lessive et de réduire la taille des garde-robes. " Cela permet aussi de favoriser l'autonomie des enfants de manière ludique puisqu'ils peuvent s'habiller seuls, sans se tromper ", explique encore la responsable. Lancée en juillet dernier, la marque travaille avec quelques partenaires mais préfère miser sur la vente directe, via son magasin à Uccle ainsi que sa boutique en ligne. Comptez une vingtaine d'euros pour un pantalon, une cinquantaine pour un pull. " Nous sommes effectivement plus chers que nos concurrents de la fast fashion ( les grandes marques de prêt-à-porter, Ndlr). Mais le prix affiché dans ces magasins n'est pas tenable. On ne peut pas souhaiter un vêtement équitable au prix d'un sandwich ", justifie la responsable. Si on y regarde de plus près, la marque pourrait même se révéler meilleur marché que prévu. " C'est intéressant de comparer les coûts à l'usage. En moyenne, les habits pour enfants issus de la fast fashion sont destinés à être portés cinq à 10 fois, puis jetés, ajoute encore la responsable.. Or, pour nos habits, nous tablons sur au moins 50 utilisations. " Actuellement, la marque propose une soixantaine de références. Une collection qui n'a pas tardé à convaincre les clients mais aussi les investisseurs. Bonjour Maurice vient ainsi de boucler une première levée de fonds de 350.000 euros auprès de différents acteurs, dont une plateforme de crowdfunding soutenant les projets équitables. La somme récoltée a permis d'engager deux nouvelles personnes et servira également au développement de la boutique en ligne, la priorité de la marque. " On atteindra l'équilibre vers 50.000 ventes par an, ce qui nous permettra assez d'économies d'échelle à la production. Ça peut paraître beaucoup mais, pour exemple, Zara atteint le demi-milliard de ventes par an. " Les deux fondatrices. ne sont même pas impressionnées. Bien au contraire, elles verraient bien leur Maurice atteindre également des sommets. " On pousse le bouchon un peu trop loin ?", ajoute en souriant Géraldine De Mey...Par Arnaud Martin.