La commande de De Lijn a initialement été remportée par la société espagnole CAF, mais le Conseil d'Etat a suspendu l'attribution du contrat à la suite d'un recours de Bombardier qui espère toujours assembler les trams sur son site de Bruges. Le responsable du groupe canadien a rappelé lundi l'importance de cette commande pour l'usine brugeoise. Per Allmer a démenti lundi auprès de Kris Peeters que 200 emplois étaient menacés au sein de l'entreprise, comme le craignent les syndicats. L'emploi dépendra du nombre de contrats obtenus, souligne-t-on. Selon Kris Peeters, l'objectif est d'y voir plus clair dans le dossier Bombardier avant l'été. (Belga)

La commande de De Lijn a initialement été remportée par la société espagnole CAF, mais le Conseil d'Etat a suspendu l'attribution du contrat à la suite d'un recours de Bombardier qui espère toujours assembler les trams sur son site de Bruges. Le responsable du groupe canadien a rappelé lundi l'importance de cette commande pour l'usine brugeoise. Per Allmer a démenti lundi auprès de Kris Peeters que 200 emplois étaient menacés au sein de l'entreprise, comme le craignent les syndicats. L'emploi dépendra du nombre de contrats obtenus, souligne-t-on. Selon Kris Peeters, l'objectif est d'y voir plus clair dans le dossier Bombardier avant l'été. (Belga)