La transaction, annoncée en 2018, portait sur 4,2 milliards de dollars et devait donner à Boeing 80 % du pôle aviation commerciale spécialisé dans le...

La transaction, annoncée en 2018, portait sur 4,2 milliards de dollars et devait donner à Boeing 80 % du pôle aviation commerciale spécialisé dans les petits avions régionaux du constructeur brésilien et 49 % dans une unité qui devait construire un nouvel appareil de transport militaire, le KC-390. Cet accord offrait au groupe américain l'occasion de répondre à Airbus qui, avec le rachat du programme CSeries de Bombardier, a pu proposer l'A220, un appareil à 110 ou 135 places qui a séduit de nombreuses compagnies dont Delta Airlines. Boeing avance un enlisement des négociations mais la plupart des experts voient plutôt un effet de la crise sans précédent que traverse l'avionneur américain avec la pandémie et les deux crashs du 737Max.