Le syndicat APFA (Association of Professional Flight Attendants) a indiqué que ses 27.000 membres étaient "très préoccupés" du récent crash de l'un de ces avions en Ethiopie, ajoutant que l'événement soulevait des questions de sécurité pour l'appareil. L'organisation appelle dès lors le patron de la compagnie American Airlines Doug Parker à sérieusement considérer la possibilité de maintenir au sol ses Boeing 737 Max 8 dans l'attente d'une enquête. Un autre syndicat, la Transport Workers Union, a affirmé dans un tweet que le jet en question devait être maintenu au sol jusqu'à ce que la cause du dernier crash soit déterminée. Cette organisation représente 17.000 travailleurs de la compagnie américaine Southwest. (Belga)