Les taux historiquement bas et les prévisions de très faible croissance économique n'augurent pas d'une augmentation significative des revenus. BNP Paribas Fortis continuera à veiller au cours des prochaines années à maîtriser ses frais de fonctionnement.

"Grâce aux efforts déjà consentis ces dernières années, notamment par la mise en oeuvre d'une nouvelle politique de rémunération, BNP Paribas Fortis pourra réaliser cet objectif par l'effet des départs naturels", explique BNP Paribas Fortis.

BNP Paribas Fortis estime donc que l'effort d'adaptation des effectifs devra être poursuivi mais précise qu'il restera l'un des plus importants employeurs du secteur privé en Belgique et continuera à investir dans le capital humain "tout en respectant l'ensemble des engagements pris avec les partenaires sociaux".

L'intégration dans le groupe BNP Paribas étant pratiquement achevée, BNP Paribas Fortis adapte ses objectifs stratégiques pour la période 2013 à 2015. Le nouveau plan tient compte de la "profonde mutation de l'économie", des caractéristiques spécifiques au marché bancaire belge ainsi que de la "révolution digitale".

Le plan industriel qui avait été présenté fin 2009 dans le cadre du rapprochement avec BNP Paribas s'est concentré dans un premier temps sur la diminution des risques, en réduisant la taille du bilan. Celui-ci est passé de 587 milliards d'euros à 346 milliards fin 2011, soit une réduction de plus de 40%. Les dépôts des clients ont, eux, augmenté de 20,5% depuis 2009 pour atteindre 101 milliards d'euros au troisième trimestre de cette année.

"BNP Paribas Fortis entend continuer à remplir pleinement son rôle au service de l'économie belge", affirme Max Jadot, CEO de BNP Paribas Fortis.

Pour les grandes entreprises, BNP Paribas Fortis va consolider ses activités spécialisées de crédit, plus spécifiquement dans le domaine du financement des exportations et des projets. Dans cette optique, BNP Paribas Fortis va reprendre dès 2013 les activités de BNP Paribas pour l'Europe (à l'exception de la France et de l'Italie), le Moyen-Orient et l'Afrique.

Pour les clients particuliers, la banque va continuer à investir dans l'offre digitale. Elle va adapter le déploiement de son réseau d'agences. "Certaines agences se consacreront davantage aux activités de conseil à haute valeur ajoutée (...). Dans d'autres agences, BNP Paribas Fortis continuera à investir dans son parc d'automates grâce auxquels les clients peuvent réaliser toutes les opérations de base", explique BNP Paribas Fortis.

La banque a mis en place quatre centres de contact. "Les 400 conseillers offrent à leurs clients un niveau de service identique à celui proposé en agence", affirme BNP Paribas Fortis. Ces centres seront renforcés dans les prochaines années par l'arrivée de 100 conseillers supplémentaires.

Les opérations de base effectuées au guichet ont diminué de 50 à 80% au cours des cinq dernières années, tandis que les activités de conseil ont augmenté de 35%, relève la banque. Et sur les 3,7 millions de clients de BNP Paribas Fortis, 2,1 millions ont souscrit un contrat PC banking.

Les taux historiquement bas et les prévisions de très faible croissance économique n'augurent pas d'une augmentation significative des revenus. BNP Paribas Fortis continuera à veiller au cours des prochaines années à maîtriser ses frais de fonctionnement. "Grâce aux efforts déjà consentis ces dernières années, notamment par la mise en oeuvre d'une nouvelle politique de rémunération, BNP Paribas Fortis pourra réaliser cet objectif par l'effet des départs naturels", explique BNP Paribas Fortis. BNP Paribas Fortis estime donc que l'effort d'adaptation des effectifs devra être poursuivi mais précise qu'il restera l'un des plus importants employeurs du secteur privé en Belgique et continuera à investir dans le capital humain "tout en respectant l'ensemble des engagements pris avec les partenaires sociaux". L'intégration dans le groupe BNP Paribas étant pratiquement achevée, BNP Paribas Fortis adapte ses objectifs stratégiques pour la période 2013 à 2015. Le nouveau plan tient compte de la "profonde mutation de l'économie", des caractéristiques spécifiques au marché bancaire belge ainsi que de la "révolution digitale". Le plan industriel qui avait été présenté fin 2009 dans le cadre du rapprochement avec BNP Paribas s'est concentré dans un premier temps sur la diminution des risques, en réduisant la taille du bilan. Celui-ci est passé de 587 milliards d'euros à 346 milliards fin 2011, soit une réduction de plus de 40%. Les dépôts des clients ont, eux, augmenté de 20,5% depuis 2009 pour atteindre 101 milliards d'euros au troisième trimestre de cette année. "BNP Paribas Fortis entend continuer à remplir pleinement son rôle au service de l'économie belge", affirme Max Jadot, CEO de BNP Paribas Fortis. Pour les grandes entreprises, BNP Paribas Fortis va consolider ses activités spécialisées de crédit, plus spécifiquement dans le domaine du financement des exportations et des projets. Dans cette optique, BNP Paribas Fortis va reprendre dès 2013 les activités de BNP Paribas pour l'Europe (à l'exception de la France et de l'Italie), le Moyen-Orient et l'Afrique. Pour les clients particuliers, la banque va continuer à investir dans l'offre digitale. Elle va adapter le déploiement de son réseau d'agences. "Certaines agences se consacreront davantage aux activités de conseil à haute valeur ajoutée (...). Dans d'autres agences, BNP Paribas Fortis continuera à investir dans son parc d'automates grâce auxquels les clients peuvent réaliser toutes les opérations de base", explique BNP Paribas Fortis. La banque a mis en place quatre centres de contact. "Les 400 conseillers offrent à leurs clients un niveau de service identique à celui proposé en agence", affirme BNP Paribas Fortis. Ces centres seront renforcés dans les prochaines années par l'arrivée de 100 conseillers supplémentaires. Les opérations de base effectuées au guichet ont diminué de 50 à 80% au cours des cinq dernières années, tandis que les activités de conseil ont augmenté de 35%, relève la banque. Et sur les 3,7 millions de clients de BNP Paribas Fortis, 2,1 millions ont souscrit un contrat PC banking.