Il a assuré que l'usine d'Oxford était notamment cruciale pour la production de la Mini, dont jusqu'à un millier d'exemplaires sort de la chaîne de production chaque jour. La démarche prudente prend également en compte une éventuelle aggravation des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. "Ce qui va arriver en 2020 dépendra énormément de ce qui se passera entre la Chine et les Etats-Unis dans les prochaines semaines", a ainsi estimé le directeur financier de BMW.