"Je suis confiant que nous arriverons à bon terme. Il nous faut à présent remettre notre meilleure offre", explique Johan Beerlandt, CEO de Besix Group, qui sera remplacé à son poste le 3 avril par Rik Vandenberghe, l'ex-CEO de la banque ING Belgique. L'actuel dirigeant de l'entreprise a rappelé que c'étaient Samsung ainsi que sa société qui avaient construit la Burj Khalifa, l'actuelle plus haute tour du monde (830 mètres) inaugurée en 2009, également à Dubaï. "Aucune autre que nous ne dispose de ce savoir. Nous sommes les candidats tout indiqués", estime-t-il, se gardant toutefois bien de crier victoire trop vite. Les Emiratis souhaitent que la tour soit prête pour 2020, année de l'Exposition universelle. "Nous avons proposé une méthode qui permet de gagner un an", glisse Johan Beerldant, espèrant avoir mis toutes les chances du côté de Besix Group. Le groupe de construction a par ailleurs bouclé l'année 2016 sur une amélioration significative de ses performances par rapport à l'année antérieure. Le chiffre d'affaires est ainsi en hausse de 9% à 2,4 milliards d'euros et le résultat net atteint lui un record de 120,8 millions d'euros. Le carnet de commandes s'élève pour sa part à 2,930 milliards d'euros, "un chiffre qui pourrait encore sensiblement augmenter au vu du potentiel identifié", prédit Besix Group. (Belga)

"Je suis confiant que nous arriverons à bon terme. Il nous faut à présent remettre notre meilleure offre", explique Johan Beerlandt, CEO de Besix Group, qui sera remplacé à son poste le 3 avril par Rik Vandenberghe, l'ex-CEO de la banque ING Belgique. L'actuel dirigeant de l'entreprise a rappelé que c'étaient Samsung ainsi que sa société qui avaient construit la Burj Khalifa, l'actuelle plus haute tour du monde (830 mètres) inaugurée en 2009, également à Dubaï. "Aucune autre que nous ne dispose de ce savoir. Nous sommes les candidats tout indiqués", estime-t-il, se gardant toutefois bien de crier victoire trop vite. Les Emiratis souhaitent que la tour soit prête pour 2020, année de l'Exposition universelle. "Nous avons proposé une méthode qui permet de gagner un an", glisse Johan Beerldant, espèrant avoir mis toutes les chances du côté de Besix Group. Le groupe de construction a par ailleurs bouclé l'année 2016 sur une amélioration significative de ses performances par rapport à l'année antérieure. Le chiffre d'affaires est ainsi en hausse de 9% à 2,4 milliards d'euros et le résultat net atteint lui un record de 120,8 millions d'euros. Le carnet de commandes s'élève pour sa part à 2,930 milliards d'euros, "un chiffre qui pourrait encore sensiblement augmenter au vu du potentiel identifié", prédit Besix Group. (Belga)