Les volumes ont pour leur part subi une certaine pression au premier trimestre. "Les volumes totaux ont baissé de 4,1 %, les volumes de nos propres bières marquant un recul de 4% et les volumes non-bières, un recul de 4,8%", peut-on lire dans le communiqué du brasseur.

L'EBITDA ((bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement) du groupe a augmenté de 0,9% et sa marge EBITDA a atteint 37,4%, soit une contraction de 22 points de base. L'EBITDA de l'ensemble de la zone Europe de l'Ouest a, quant à elle, enregistré une baisse de 7,9 %, à 179 millions de dollars au premier trimestre. Cette baisse est due principalement au recul des volumes et à la hausse du prix des matières premières affectant les coûts des ventes.

En Belgique, les volumes des bières d'AB Inbev ont diminué de 9,1 % au premier trimestre. Le brasseur estime cependant avoir maintenu sa part de marché pendant ce trimestre.

Les volumes ont pour leur part subi une certaine pression au premier trimestre. "Les volumes totaux ont baissé de 4,1 %, les volumes de nos propres bières marquant un recul de 4% et les volumes non-bières, un recul de 4,8%", peut-on lire dans le communiqué du brasseur. L'EBITDA ((bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement) du groupe a augmenté de 0,9% et sa marge EBITDA a atteint 37,4%, soit une contraction de 22 points de base. L'EBITDA de l'ensemble de la zone Europe de l'Ouest a, quant à elle, enregistré une baisse de 7,9 %, à 179 millions de dollars au premier trimestre. Cette baisse est due principalement au recul des volumes et à la hausse du prix des matières premières affectant les coûts des ventes.En Belgique, les volumes des bières d'AB Inbev ont diminué de 9,1 % au premier trimestre. Le brasseur estime cependant avoir maintenu sa part de marché pendant ce trimestre.