Brussels Airport autorisait encore les avions à atterrir vers 17h00 mais refusait aux engins de décoller, a précisé la porte-parole de l'aéroport. Même topo pour Charleroi: "pour l'instant, seuls les atterrissages sont encore possibles mais à partir de maintenant (17h10, ndlr), les décollages ne sont plus autorisés. La situation est constamment évaluée", a expliqué le porte-parole de l'aéroport de Charleroi, Vincent Grassa. L'aéroport de Liège n'est toutefois pas touché l'action. La guilde belge des contrôleurs aériens (BGATC) a demandé mardi à ses membres de se porter malades. Belgocontrol examine l'impact éventuel de cette action sur le trafic aérien, a-t-on appris auprès de la société en charge de la sécurité du trafic aérien en Belgique. (Belga)

Brussels Airport autorisait encore les avions à atterrir vers 17h00 mais refusait aux engins de décoller, a précisé la porte-parole de l'aéroport. Même topo pour Charleroi: "pour l'instant, seuls les atterrissages sont encore possibles mais à partir de maintenant (17h10, ndlr), les décollages ne sont plus autorisés. La situation est constamment évaluée", a expliqué le porte-parole de l'aéroport de Charleroi, Vincent Grassa. L'aéroport de Liège n'est toutefois pas touché l'action. La guilde belge des contrôleurs aériens (BGATC) a demandé mardi à ses membres de se porter malades. Belgocontrol examine l'impact éventuel de cette action sur le trafic aérien, a-t-on appris auprès de la société en charge de la sécurité du trafic aérien en Belgique. (Belga)