La chambre de commerce espère que l'économie pourra être relancée à partir de juin et tout au long de l'été. Pour ce faire, Beci appelle de ses v?ux à un "mode relance". "Nous voulons que tout le monde aille dans la même direction et regarde comment nous pouvons redémarrer, étape après étape, avec les garanties nécessaires", explique M. De Brabanter. "Nous observons que les entreprises sont déjà prêtes à réfléchir à la relance et veulent aussi pousser les autorités dans cette direction. La question est comment remettre les gens au travail et avec quelles garanties. Les prescriptions sanitaires et les mesures de distanciation sociale doivent être prises en compte mais nous devons aussi nous pencher sur l'importance de remettre les gens au travail", poursuit le secrétaire général de Beci. La chambre de commerce bruxelloise souligne l'importance de conserver un pouvoir d'achat et d'éviter que de nombreuses personnes perdent de l'argent. Plus l'arrêt du travail durera, plus le risque de chômage économique sera grand. "Si ce n'est pas déjà mis en place", glisse M. De Brabanter. (Belga)

La chambre de commerce espère que l'économie pourra être relancée à partir de juin et tout au long de l'été. Pour ce faire, Beci appelle de ses v?ux à un "mode relance". "Nous voulons que tout le monde aille dans la même direction et regarde comment nous pouvons redémarrer, étape après étape, avec les garanties nécessaires", explique M. De Brabanter. "Nous observons que les entreprises sont déjà prêtes à réfléchir à la relance et veulent aussi pousser les autorités dans cette direction. La question est comment remettre les gens au travail et avec quelles garanties. Les prescriptions sanitaires et les mesures de distanciation sociale doivent être prises en compte mais nous devons aussi nous pencher sur l'importance de remettre les gens au travail", poursuit le secrétaire général de Beci. La chambre de commerce bruxelloise souligne l'importance de conserver un pouvoir d'achat et d'éviter que de nombreuses personnes perdent de l'argent. Plus l'arrêt du travail durera, plus le risque de chômage économique sera grand. "Si ce n'est pas déjà mis en place", glisse M. De Brabanter. (Belga)