"Au deuxième trimestre, Solvay a continué de faire face à des conditions de marché difficiles", analyse le CEO Jean-Pierre Clamadieu. "De plus, deux phénomènes importants ont pesé sur nos 'moteurs de croissance': un déstockage temporaire dans les dérivés de guar et la décision de quelques-uns de nos clients de reporter certains investissements", ajoute-t-il.

Le résultat net part du groupe s'élevait à 148 millions d'euros contre 239 millions au deuxième trimestre 2012, avec un résultat par action de 1,79 euros contre 2,88 l'an dernier.

Pour l'ensemble de l'année, Solvay se dit "confiant dans sa capacité à générer un REBITDA comparable à celui de l'an dernier, corrigé des effets liés aux prix exceptionnels du guar et aux ventes de crédits carbone, soit 190 millions d'euros en 2012".

Le groupe a par ailleurs annoncé mercredi la nomination du Britannique Karim Hajjar comme directeur financier. Il succédera, le 1er octobre, à Bernard de Laguiche qui conservera toutefois son mandat au sein du conseil d'administration, en devenant membre non-exécutif.

"Au deuxième trimestre, Solvay a continué de faire face à des conditions de marché difficiles", analyse le CEO Jean-Pierre Clamadieu. "De plus, deux phénomènes importants ont pesé sur nos 'moteurs de croissance': un déstockage temporaire dans les dérivés de guar et la décision de quelques-uns de nos clients de reporter certains investissements", ajoute-t-il. Le résultat net part du groupe s'élevait à 148 millions d'euros contre 239 millions au deuxième trimestre 2012, avec un résultat par action de 1,79 euros contre 2,88 l'an dernier. Pour l'ensemble de l'année, Solvay se dit "confiant dans sa capacité à générer un REBITDA comparable à celui de l'an dernier, corrigé des effets liés aux prix exceptionnels du guar et aux ventes de crédits carbone, soit 190 millions d'euros en 2012". Le groupe a par ailleurs annoncé mercredi la nomination du Britannique Karim Hajjar comme directeur financier. Il succédera, le 1er octobre, à Bernard de Laguiche qui conservera toutefois son mandat au sein du conseil d'administration, en devenant membre non-exécutif.