"Lorsque nous avons vu les contre-propositions lundi matin, nous avons dû constater à notre grand étonnement et à notre grande frustration qu'elles étaient encore moindres que les précédentes. Par exemple, les 30 contrats pour les intérimaires avaient été ramenés à 20", explique le responsable syndical. Les syndicats ne croient pas en un accord lundi, d'autant plus qu'un responsable d'Aviapartner, Yves Nuyts, a laissé entendre à la VRT qu'il faudrait encore du temps pour qu'une solution soit trouvée. Les syndicats constatent qu'Aviapartner prévoit une poursuite de la grève au moins jusqu'à mercredi. Les négociations devaient en principe reprendre à 18h30. Entre-temps, la frustration grandit et les syndicats doutent de plus en plus des réelles intentions d'Aviapartner, la société étant en difficultés financières.

"Lorsque nous avons vu les contre-propositions lundi matin, nous avons dû constater à notre grand étonnement et à notre grande frustration qu'elles étaient encore moindres que les précédentes. Par exemple, les 30 contrats pour les intérimaires avaient été ramenés à 20", explique le responsable syndical. Les syndicats ne croient pas en un accord lundi, d'autant plus qu'un responsable d'Aviapartner, Yves Nuyts, a laissé entendre à la VRT qu'il faudrait encore du temps pour qu'une solution soit trouvée. Les syndicats constatent qu'Aviapartner prévoit une poursuite de la grève au moins jusqu'à mercredi. Les négociations devaient en principe reprendre à 18h30. Entre-temps, la frustration grandit et les syndicats doutent de plus en plus des réelles intentions d'Aviapartner, la société étant en difficultés financières.