L'approvisionnement électrique ne dépend que très peu de la température en Belgique, explique Kathleen Iwens, porte-parole d'Elia. "La consommation augmente en moyenne de 100 MW par degré en moins. En France, où l'on se chauffe beaucoup plus avec de l'électricité, on parle de 2.300 MW", explique-t-elle. Le climat glacial de la semaine prochaine ne devrait dès lors pas occasionner de gros problèmes. Hormis Doel 3, toutes les grosses unités de production sont opérationnelles. Les énergies solaire et éolienne devraient pouvoir répondre à l'augmentation de consommation. (Belga)

L'approvisionnement électrique ne dépend que très peu de la température en Belgique, explique Kathleen Iwens, porte-parole d'Elia. "La consommation augmente en moyenne de 100 MW par degré en moins. En France, où l'on se chauffe beaucoup plus avec de l'électricité, on parle de 2.300 MW", explique-t-elle. Le climat glacial de la semaine prochaine ne devrait dès lors pas occasionner de gros problèmes. Hormis Doel 3, toutes les grosses unités de production sont opérationnelles. Les énergies solaire et éolienne devraient pouvoir répondre à l'augmentation de consommation. (Belga)