Envergures

" Le plus grand hangar à avions jamais construit par le ministère de la Défense ! " Le superlatif est de rigueur pour décrire la " bête " en gestation. Quelque 13.621 m2 de superficie au sol, soit deux terrains de foot, pour une portée de 75 mètres sur 185 mètres. La création d'un tel bâtiment s'est imposée à la Défense nationale en raison du renouvellement de sa flotte d'avions de fret et transport dès la mi-2020. Adieu, les bons vieux C-130 ; bonjour, les huit nouveaux Airbus A400M. Les nouveaux appareils (sept belges et un luxembourgeois) seront plus modernes, plus puissants... mais surtout plus grands que les C130 ! A savoir 45 mètres, soit 15 mètres plus longs ; plus hauts de 3 mètres ; d'une envergure supérieure de 2 mètres et d'une capacité de 37 tonnes de charge au lieu de 20 ! " L'A400M sera aussi moins bruyant pour le plus grand bien des oreilles des riverains de Steenokkerzeel ", vante la Défense. Le nouveau hangar, uniquement dédié à leur maintenance, se devait d'être taillé pour ces grands costauds, avec la capacité d'en accueillir trois simultanément. Outre l'immense z...

" Le plus grand hangar à avions jamais construit par le ministère de la Défense ! " Le superlatif est de rigueur pour décrire la " bête " en gestation. Quelque 13.621 m2 de superficie au sol, soit deux terrains de foot, pour une portée de 75 mètres sur 185 mètres. La création d'un tel bâtiment s'est imposée à la Défense nationale en raison du renouvellement de sa flotte d'avions de fret et transport dès la mi-2020. Adieu, les bons vieux C-130 ; bonjour, les huit nouveaux Airbus A400M. Les nouveaux appareils (sept belges et un luxembourgeois) seront plus modernes, plus puissants... mais surtout plus grands que les C130 ! A savoir 45 mètres, soit 15 mètres plus longs ; plus hauts de 3 mètres ; d'une envergure supérieure de 2 mètres et d'une capacité de 37 tonnes de charge au lieu de 20 ! " L'A400M sera aussi moins bruyant pour le plus grand bien des oreilles des riverains de Steenokkerzeel ", vante la Défense. Le nouveau hangar, uniquement dédié à leur maintenance, se devait d'être taillé pour ces grands costauds, avec la capacité d'en accueillir trois simultanément. Outre l'immense zone centrale d'entretien logistique des appareils, le bâtiment comptera deux étages de bureaux et une zone de stockage. C'est l'entrepreneur Democo qui a décroché le contrat. Et donc le lourd défi de concrétiser ce " puzzle architectural complexe " comme le décrit Frédéric Béghin, project manager de l'entreprise. " La Défense a fixé une liste de recommandations strictes, explique-t-il. Comme l'absence de tout pilier porteur dans la zone intérieure dévolue à l'accueil, aux déplacements et à la maintenance des avions. Pour une telle structure et sur une telle surface, c'est une vraie gageure. Nous la tiendrons en faisant reposer l'ensemble uniquement sur des piliers extérieurs et en optant pour une structure de toit en acier, plus légère, au design arrondi et ondulé épousant de grandes baies vitrées entre les façades en dur et le toit. Les façades seront principalement en tôle, sauf celles des zones de bureaux, en briques. Les parties logistiques et ateliers seront en béton. Autre exercice imposé, l'adéquation stricte des recommandations avec le programme d'activités de chaque type de locaux et leurs emplacements : la place des sanitaires par rapport aux bureaux, les bureaux et la zone de stockage par rapport au hangar. Tous ces espaces doivent être en relation. " Ajoutez à cela que les grues qui entreront en action dès mi-mars devront avoir une taille " limitée " pour ne pas gêner le trafic aérien. Le nouveau hangar est une première étape d'un projet de renouvellement plus large des infrastructures de Melsbroek qui datent, comme le 15e Wing, de 1946. " On est super content de l'arrivée de ce nouveau hangar, indispensable pour poursuivre efficacement nos missions militaires et humanitaires, se réjouit le commandant Lievens. Notre premier bâtiment neuf depuis quasi 70 ans ! Il était temps. Ce hangar incarne la première phase d'un projet plus large. " L'arrivée des A400M devrait entraîner un effet domino de renouvellement des installations. Vu que le maxi-hangar est techniquement prévu pour la maintenance des avions, leur parking et leur chargement devront se faire ailleurs. La deuxième phase prévoit donc la construction de deux zones de parking pour quatre avions chacun. L'une à l'endroit des ex-hangars C130 qui seront démolis, l'autre sur le site de bâtiments dévolus à la préparation logistique promis au même sort. Ensuite, d'autres bâtiments neufs devraient fleurir pour le 15e Wing. Cependant, le lancement de ces autres phases du projet attend encore l'atterrissage d'un autre avion sur la piste de Melsbroek : celui en papier qui portera le " go ! " du gouvernement. Les nouveaux A400M toucheront le tarmac de Melsbroek dès mi-2020... alors que leur hangar de maintenance ne sera opérationnel que mi-2021. Pas de souci, l'armée a tout prévu. En théorie, les appareils étant neufs, aucun entretien ne s'impose. Si le cas survenait, le 15e Wing a déjà pris ses dispositions avec deux sociétés proches de la base. Quand au chargement des avions, il se fera encore quelques mois dans les anciens hangars. " Pour pouvoir lancer le chantier dès mars et assurer la transition en douceur, le nouveau hangar sera construit sur un terrain de l'aéroport encore vierge de construction, ayant une surface suffisante et étant accessible par les pistes existantes. Ainsi, nos C-130 pourront continuer à tourner jusqu'à leur remplacement mi-2020 en s'appuyant sur les actuelles infrastructures ", explique le commandant Johan Lievens. Pour être en phase avec les normes environnementales et énergétiques modernes, Democo a dû résoudre l'équation chauffage d'un méga hangar où ça risque de cailler ! Pour assurer une température tolérable, un effort a été fait sur l'isolation et l'essentiel de l'édifice sera chauffé au gaz. Sauf les espaces bureaux ! Leur énergie proviendra de panneaux solaires. Interdits de toit à cause des risques d'interférences avec le système radar aérien et les communications avec les pilotes, ces panneaux s'aligneront sur une partie plus basse du bâtiment, bien orientée. Par Fernand Letist