Le vol a relié jeudi la capitale Ryad à la ville côtière de Jeddah (ouest), a déclaré Imad Iskandarani, porte-parole de flyadeal. Les membres de l'équipage de sept personnes étaient toutes des Saoudiennes, sauf la pilote, a poursuivi M. Iskandarani, sans préciser sa nationalité. L'autorité saoudienne de l'aviation civile, qui a confirmé l'annonce de flyadeal, filiale de la compagnie nationale Saudia, s'est félicitée d'avoir soutenu l'inclusion des femmes dans ce domaine. En 2019, l'autorité avait annoncé le premier vol avec une copilote. Depuis l'ascension du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume depuis 2017, l'Arabie saoudite connaît une relative ouverture sociale, les femmes ayant été notamment autorisées à conduire. Si le pays, qui abrite les lieux les plus saints de l'islam, s'est ouvert au divertissement, le pouvoir de Mohammed ben Salmane s'est accompagné d'un resserrement politique implacable et les ONG dénoncent régulièrement les violations des droits humains. Début mai, l'Arabie saoudite a annoncé son intention de devenir un hub mondial dans le transport aérien et de tripler son trafic annuel, pour atteindre 330 millions de passagers d'ici la fin de la décennie. Ryad prévoit aussi d'injecter 100 milliards de dollars dans le secteur d'ici 2030, de lancer une nouvelle compagnie nationale aérienne et de construire un nouveau "méga aéroport" dans la capitale. Des analystes s'interrogent cependant sur la capacité des compagnies saoudiennes à concurrencer d'autres poids lourds régionaux, comme Emirates ou Qatar Airways. (Belga)

Le vol a relié jeudi la capitale Ryad à la ville côtière de Jeddah (ouest), a déclaré Imad Iskandarani, porte-parole de flyadeal. Les membres de l'équipage de sept personnes étaient toutes des Saoudiennes, sauf la pilote, a poursuivi M. Iskandarani, sans préciser sa nationalité. L'autorité saoudienne de l'aviation civile, qui a confirmé l'annonce de flyadeal, filiale de la compagnie nationale Saudia, s'est félicitée d'avoir soutenu l'inclusion des femmes dans ce domaine. En 2019, l'autorité avait annoncé le premier vol avec une copilote. Depuis l'ascension du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume depuis 2017, l'Arabie saoudite connaît une relative ouverture sociale, les femmes ayant été notamment autorisées à conduire. Si le pays, qui abrite les lieux les plus saints de l'islam, s'est ouvert au divertissement, le pouvoir de Mohammed ben Salmane s'est accompagné d'un resserrement politique implacable et les ONG dénoncent régulièrement les violations des droits humains. Début mai, l'Arabie saoudite a annoncé son intention de devenir un hub mondial dans le transport aérien et de tripler son trafic annuel, pour atteindre 330 millions de passagers d'ici la fin de la décennie. Ryad prévoit aussi d'injecter 100 milliards de dollars dans le secteur d'ici 2030, de lancer une nouvelle compagnie nationale aérienne et de construire un nouveau "méga aéroport" dans la capitale. Des analystes s'interrogent cependant sur la capacité des compagnies saoudiennes à concurrencer d'autres poids lourds régionaux, comme Emirates ou Qatar Airways. (Belga)