Le titre Volkswagen prenait 6,01% à 118,20 euros à 09H45. Tout poids lourd qu'il est dans le Dax, il ne réussissait pas à l'entraîner, et l'indice des trente valeurs vedettes grignotait 0,09% à 9.621,61 points à la même heure, regardant avec anxiété vers le baromètre Ifo du moral des entrepreneurs allemands, attendu à 10H00.

Volkswagen, qui avait dévissé de 35% en deux jours lundi et mardi sur fond de scandale aux moteurs diesel truqués, continuait une remontée amorcée la veille. Le patron du groupe, Martin Winterkorn, a présenté sa démission mercredi pour permettre "un nouveau départ", un successeur doit être désigné vendredi.

Sous l'égide d'un nouvel homme fort - les candidats potentiels cités par la presse sont tous des hommes - "le confiance perdue devrait être plus facile à restaurer", commentait Frank Biller, analyste de LBBW, "et la volatilité de l'action pourrait s'atténuer". De là à la conseiller à l'achat, il y encore un grand pas, tant que les conséquences financières du scandale ne sont pas encore précisées.

Juste derrière Volkswagen sur le Dax on trouvait les concurrents BMW (+1,81% à 81,26 euros) et Daimler (+1,71% à 67,56 euros), qui avaient été entraînés à la baisse par le tourbillon de l'affaire en début de semaine. L'équipementier Continental prenait 0,36% à 181,75 euros.

Le titre Volkswagen prenait 6,01% à 118,20 euros à 09H45. Tout poids lourd qu'il est dans le Dax, il ne réussissait pas à l'entraîner, et l'indice des trente valeurs vedettes grignotait 0,09% à 9.621,61 points à la même heure, regardant avec anxiété vers le baromètre Ifo du moral des entrepreneurs allemands, attendu à 10H00.Volkswagen, qui avait dévissé de 35% en deux jours lundi et mardi sur fond de scandale aux moteurs diesel truqués, continuait une remontée amorcée la veille. Le patron du groupe, Martin Winterkorn, a présenté sa démission mercredi pour permettre "un nouveau départ", un successeur doit être désigné vendredi.Sous l'égide d'un nouvel homme fort - les candidats potentiels cités par la presse sont tous des hommes - "le confiance perdue devrait être plus facile à restaurer", commentait Frank Biller, analyste de LBBW, "et la volatilité de l'action pourrait s'atténuer". De là à la conseiller à l'achat, il y encore un grand pas, tant que les conséquences financières du scandale ne sont pas encore précisées.Juste derrière Volkswagen sur le Dax on trouvait les concurrents BMW (+1,81% à 81,26 euros) et Daimler (+1,71% à 67,56 euros), qui avaient été entraînés à la baisse par le tourbillon de l'affaire en début de semaine. L'équipementier Continental prenait 0,36% à 181,75 euros.