Ce lundi 22 janvier, le magasin Amazon Go de Seattle a ouvert ses portes au public. C'est une supérette d'environ 200 mètres carrés qui fascine bien des chaînes de supermarchés. Amazon estime avoir réussi à mettre en service un magasin où les clients choisissent leurs articles et sortent en ne rencontrant personne pour le paiement. Les achats sont automatiquement facturés depuis leur compte Amazon et débités sur leur carte de paiement.
...

Ce lundi 22 janvier, le magasin Amazon Go de Seattle a ouvert ses portes au public. C'est une supérette d'environ 200 mètres carrés qui fascine bien des chaînes de supermarchés. Amazon estime avoir réussi à mettre en service un magasin où les clients choisissent leurs articles et sortent en ne rencontrant personne pour le paiement. Les achats sont automatiquement facturés depuis leur compte Amazon et débités sur leur carte de paiement. Le géant américain aurait ainsi réussi ce que beaucoup de chaînes de distributeurs aimeraient obtenir : des magasins sans file aux caisses. Sans caissiers. Un stade ultérieur après le self scanning, déjà fort répandu en Belgique. Chez Amazon Go, à Seattle, le client entre dans le magasin par une zone qui ressemble à une entrée de métro, avec des bornes où il s'identifie avec son smartphone, via l'application Amazon Go. Il parcourt ensuite les rayons, remplit son ou ses sacs (pas besoin de panier). A la fin du processus, il sort par les mêmes bornes, sans faire aucune opération. Le magasin lui facture et débite le montant des achats qui s'affiche sur son application. Le dispositif détecte les produits qui sont remis en rayon. Quelques journalistes ont récemment été invités à visiter et tester le dispositif. L'un d'eux, Nick Wingfield, du New York Times, a même tenté de tromper le système avec l'accord d'Amazon, en essayant de subtiliser un pack de quatre sodas, le recouvrant avec un sac pour le masquer aux caméras qui pullulent au plafond, en vain : à la sortie, son appli lui a compté les boissons (4,35 dollars). Il n'y a pas de caissier, mais le magasin n'est pas désert. Amazon assure que le personnel est affecté à d'autres tâches, dont le réassort des rayons et... le contrôle de l'âge au rayon alcool, sans doute indispensable puisque personne ne le fera à la sortie du magasin. Le groupe avait annoncé l'arrivée de ce supermarché en décembre 2016, promettant une ouverture début 2017, mais avait repoussé cette première, suite à des cafouillages. Le système avait du mal à distinguer des personnes de gabarit identique et perdait les pédales quand le magasin était bondé. Le dispositif recourt à des centaines de caméras et à une analyse massive des mouvements et des gestes par les images. L'entreprise n'a pas donné de détails approfondis. Lors de la visite de presse, Amazon n'a pas davantage indiqué s'il ouvrirait d'autres magasins ou commercialisera la technologie, comme il a commercialisé son service informatique à des tiers (service de cloud computing). Depuis plus de 10 ans, les distributeurs ont espéré aboutir à des magasins sans caissiers en utilisant des puces RFID collées sur l'emballage (ce sont des émetteurs radio microscopiques), détectées à la sortie. Un supermarché avait même testé cette technologie en Allemagne. Sans résultat probant à ce jour. Amazon semble un peu provoquer les distributeurs en montrant qu'il est parvenu au résultat tant espéré, même s'il ne concerne encore qu'une petite surface.