Une révision de la politique bioénergétique de l'UE est prévue dans un mois, rappelle Oxfam. "Dans son souci de diversifier ses sources d'énergie et de réduire les énergies fossiles, directement et indirectement, l'UE provoque des expulsions, aggrave la pauvreté et la faim, et accroît au lieu de réduire les émissions de carbone", explique l'auteur du rapport, Marc-Olivier Herman, d'Oxfam. "L'UE a déclenché de puissantes dynamiques de marché qui sèment la destruction à travers le monde." Selon Oxfam, le lobby des producteurs européens d'agrocarburants "constitue désormais une puissance financière aussi grande que le lobby du tabac, et il emploie 121 lobbyistes". Selon les dernières données du registre de transparence, au total, les acteurs de la chaîne de valeur des agrocarburants ont déclaré avoir dépensé plus de 14 millions d'euros et mobilisé près de 400 lobbyistes au cours de l'année écoulée, afin d'influencer la politique européenne. Avec leurs alliés, ils disposent de 600 lobbyistes, soit plus que l'ensemble du personnel de la Direction générale Énergie de la Commission européenne. "Ce lobby s'oppose aux demandes de réforme et fait au contraire pression sur les législateurs pour qu'ils étendent une politique qui, selon les estimations, coûte déjà aux citoyennes et citoyens européens entre 5,5 et 9,1 milliards d'euros par an, tout en nuisant aux populations, à la nature et au climat", estime Oxfam. (Belga)