La Commission européenne s'est dite disposée lundi à autoriser des réductions temporaires de la production dans le secteur laitier en crise, une dérogation provisoire aux règles de la concurrence, réclamée par plusieurs Etats membres de l'Union européenne. Le Commissaire européen à l'Agriculture, Phil Hogan, a également proposé un doublement des niveaux de stockage pour la poudre de lait et le beurre, respectivement à 218.000 tonnes et 100.000 tonnes. "Globalement, ce sont des mesures conjoncturelles et pas structurelles. Ce que nous demandons ce sont des mesures pour réguler les marchés et permettre des prix rémunérateurs pour tous les agriculteurs", réagit Yvan Hayez, le secrétaire générale de la FWA, contacté par l'agence Belga. "On parle de mesures temporaires et sur base volontaire, mais qui va accepter de diminuer sa production au profit des autres? Je ne suis pas convaincu que cela va permettre d'augmenter les prix", ajoute M. Hayez, soulignant la nécessité de mesures transversales et applicables à tous les agriculteurs. La Fwa salue par contre le fait que "certaines lignes de position semblent bouger au niveau du cénacle des ministres européens de l'agriculture". Alors qu'une nouvelle évaluation de la situation est prévue, au niveau européen, en juin prochain, la Fwa s'attend, si les marchés ne se redressent pas d'ici là, à ce que la grogne des agriculteurs prenne encore une autre dimension. (Belga)

La Commission européenne s'est dite disposée lundi à autoriser des réductions temporaires de la production dans le secteur laitier en crise, une dérogation provisoire aux règles de la concurrence, réclamée par plusieurs Etats membres de l'Union européenne. Le Commissaire européen à l'Agriculture, Phil Hogan, a également proposé un doublement des niveaux de stockage pour la poudre de lait et le beurre, respectivement à 218.000 tonnes et 100.000 tonnes. "Globalement, ce sont des mesures conjoncturelles et pas structurelles. Ce que nous demandons ce sont des mesures pour réguler les marchés et permettre des prix rémunérateurs pour tous les agriculteurs", réagit Yvan Hayez, le secrétaire générale de la FWA, contacté par l'agence Belga. "On parle de mesures temporaires et sur base volontaire, mais qui va accepter de diminuer sa production au profit des autres? Je ne suis pas convaincu que cela va permettre d'augmenter les prix", ajoute M. Hayez, soulignant la nécessité de mesures transversales et applicables à tous les agriculteurs. La Fwa salue par contre le fait que "certaines lignes de position semblent bouger au niveau du cénacle des ministres européens de l'agriculture". Alors qu'une nouvelle évaluation de la situation est prévue, au niveau européen, en juin prochain, la Fwa s'attend, si les marchés ne se redressent pas d'ici là, à ce que la grogne des agriculteurs prenne encore une autre dimension. (Belga)