Les 1.200 ouvriers de la production de films classiques à Mortsel et Heultje sont assurés de conserver leur salaire et leurs conditions de travail au cours des trois prochaines années, sous réserve d'une situation de crise exigeant des mesures supplémentaires.

En échange de cette sécurité, divers avantages ont été supprimés en matière de prépension, qui en outre ne sera désormais plus un droit pour le travailleur: ce sera désormais à la direction de déterminer s'il y a de la marge pour laisser partir des travailleurs à la prépension.

De source syndicale, on estime que ces nouvelles règles permettront à l'entreprise d'économiser 8 millions d'euros. Un montant que la direction n'a pas souhaité confirmer. La direction d'Agfa-Gevaert négocie également une nouvelle convention collective de travail avec les syndicats d'employés. Une réunion est prévue mercredi.

Les 1.200 ouvriers de la production de films classiques à Mortsel et Heultje sont assurés de conserver leur salaire et leurs conditions de travail au cours des trois prochaines années, sous réserve d'une situation de crise exigeant des mesures supplémentaires. En échange de cette sécurité, divers avantages ont été supprimés en matière de prépension, qui en outre ne sera désormais plus un droit pour le travailleur: ce sera désormais à la direction de déterminer s'il y a de la marge pour laisser partir des travailleurs à la prépension. De source syndicale, on estime que ces nouvelles règles permettront à l'entreprise d'économiser 8 millions d'euros. Un montant que la direction n'a pas souhaité confirmer. La direction d'Agfa-Gevaert négocie également une nouvelle convention collective de travail avec les syndicats d'employés. Une réunion est prévue mercredi.