La fin du mouvement devrait permettre de reprendre la quasi-totalité des vols dès samedi, s'est empressée d'annoncer la compagnie, qui table sur le retour à la normale du trafic d'ici à la fin du week-end. Au terme de longues négociations, les deux parties se sont entendues sur une augmentation des salaires de 5,9%, avec effet rétroactif au 1er avril 2019, a précisé l'entreprise publique. Les syndicats réclamaient une hausse de 8%. L'augmentation de 5,9%, payable en début d'année prochaine, est toutefois conditionnée "à la disponibilité des fonds", a ajouté SAA, rappelant que cet accord a été conclu au moment où elle fait face "à de graves défis financiers". Endettée, déficitaire, pénalisée par une flotte vieillissante et la dépréciation du rand sud-africain, South African Airways survit depuis des années sous perfusion d'argent public. SAA, l'un des principaux transporteurs aériens africains avec sa cinquantaine d'avions, n'a réalisé aucun profit depuis 2011 et affiche une dette colossale de 9,2 milliards de rands, soit 540 millions d'euros. En plus d'une revalorisation des salaires, les grévistes réclamaient "une sécurité de l'emploi pour au moins trois ans", après l'annonce début novembre d'un plan de restructuration qui pourrait se traduire par le licenciement de près d'un millier des 5.200 salariés de l'entreprise. Dans le cadre de l'accord annoncé vendredi, le plan a été reporté de quelques mois, a précisé la compagnie. Fers de lance du mouvement, les syndicats de la métallurgie (NUMSA) et des personnels de cabine (SACCA) se sont réjouis d'avoir obtenu largement satisfaction. (Belga)

La fin du mouvement devrait permettre de reprendre la quasi-totalité des vols dès samedi, s'est empressée d'annoncer la compagnie, qui table sur le retour à la normale du trafic d'ici à la fin du week-end. Au terme de longues négociations, les deux parties se sont entendues sur une augmentation des salaires de 5,9%, avec effet rétroactif au 1er avril 2019, a précisé l'entreprise publique. Les syndicats réclamaient une hausse de 8%. L'augmentation de 5,9%, payable en début d'année prochaine, est toutefois conditionnée "à la disponibilité des fonds", a ajouté SAA, rappelant que cet accord a été conclu au moment où elle fait face "à de graves défis financiers". Endettée, déficitaire, pénalisée par une flotte vieillissante et la dépréciation du rand sud-africain, South African Airways survit depuis des années sous perfusion d'argent public. SAA, l'un des principaux transporteurs aériens africains avec sa cinquantaine d'avions, n'a réalisé aucun profit depuis 2011 et affiche une dette colossale de 9,2 milliards de rands, soit 540 millions d'euros. En plus d'une revalorisation des salaires, les grévistes réclamaient "une sécurité de l'emploi pour au moins trois ans", après l'annonce début novembre d'un plan de restructuration qui pourrait se traduire par le licenciement de près d'un millier des 5.200 salariés de l'entreprise. Dans le cadre de l'accord annoncé vendredi, le plan a été reporté de quelques mois, a précisé la compagnie. Fers de lance du mouvement, les syndicats de la métallurgie (NUMSA) et des personnels de cabine (SACCA) se sont réjouis d'avoir obtenu largement satisfaction. (Belga)