Les mots sont dévastateurs : vendredi soir dans son rapport préliminaire, la commission Transport du Congrès américain assène que le Boeing 737 Max " est fondamentalement défectueux et dangereux ".
...

Les mots sont dévastateurs : vendredi soir dans son rapport préliminaire, la commission Transport du Congrès américain assène que le Boeing 737 Max " est fondamentalement défectueux et dangereux ". Le même rapport pointe de graves erreurs de conception technique et de certification mais aussi " la culture de la dissimulation en cours chez Boeing ". Les 13 pages du rapport basées sur cinq journées d'audition devant la commission et sur l'accès à des milliers de documents internes détaillent aussi par le menu les efforts déployés depuis le début de la conception de l'avion pour gagner du temps et minimiser les coûts, notamment en ce qui concerne l'obligation pour tous les pilotes de faire du simulateur avant de prendre les commandes du 737 Max. Des efforts qui ont continué après le premier crash et qui ont été combinés, selon le rapport, avec une minimisation du rôle du MCAS, le fameux système automatique en cause dans les deux accidents mortels. Quant à la FAA, le régulateur du transport aérien aux Etats-Unis, elle en prend aussi pour son grade. Les députés américains indiquent que la supervision du développement de l'avion " fut largement insuffisante " et que le régulateur " a failli dans son obligation légale d'identification de problèmes de sécurité majeurs ". Voilà un rapport qui ne va évidemment pas arranger les affaires de Boeing dont le 787 Dreamliner ne se vend pas bien et dont le 777 X est jugé trop cher par les compagnies. Ces 13 pages dévastatrices combinées au rapport préliminaire des autorités éthiopiennes qui parlent d'" un défaut de design de l'avion " rendent un retour prochain du Max peu probable. D'ailleurs, la plupart des compagnies clientes tablent désormais au mieux sur un retour en vol en septembre. D'ici là, il faudra d'abord restaurer la confiance et, franchement, ce n'est pas gagné.