M. Walsh va quitter ses fonctions et ne siègera plus au conseil d'administration à partir du 26 mars, et partira du groupe au 30 juin, précise un communiqué publié jeudi.

Antonio Vázquez, président du conseil d'administration d'IAG, a rendu hommage à M. Walsh qui a "mené la fusion et l'intégration réussie de British Airways et Iberia pour former IAG" et en faire "un des principaux groupes aériens mondiaux".

Willie Walsh a quant à lui qualifié de "privilège de jouer un rôle clé dans la création et le développement d'IAG" et de travailler "avec beaucoup de gens exceptionnels pendant les 15 dernières années chez British Airways et IAG", ajoutant être certain que M. Gallego "sera un formidable directeur général pour IAG".

"Je suis certain que nous pouvons bâtir sur les solides fondations construites par Willie", a quant à lui affirmé M. Gallego, dont le successeur chez IAG sera nommé ultérieurement.

En septembre, IAG avait abaissé ses prévisions de résultats pour l'année, principalement en raison de la grève historique des pilotes, qui lui a coûté 137 millions d'euros.

Un accord a été trouvé entre la compagnie aérienne et le principal syndicat de pilotes (Balpa) le mois dernier après deux mois de mouvement social.

M. Walsh va quitter ses fonctions et ne siègera plus au conseil d'administration à partir du 26 mars, et partira du groupe au 30 juin, précise un communiqué publié jeudi. Antonio Vázquez, président du conseil d'administration d'IAG, a rendu hommage à M. Walsh qui a "mené la fusion et l'intégration réussie de British Airways et Iberia pour former IAG" et en faire "un des principaux groupes aériens mondiaux". Willie Walsh a quant à lui qualifié de "privilège de jouer un rôle clé dans la création et le développement d'IAG" et de travailler "avec beaucoup de gens exceptionnels pendant les 15 dernières années chez British Airways et IAG", ajoutant être certain que M. Gallego "sera un formidable directeur général pour IAG". "Je suis certain que nous pouvons bâtir sur les solides fondations construites par Willie", a quant à lui affirmé M. Gallego, dont le successeur chez IAG sera nommé ultérieurement. En septembre, IAG avait abaissé ses prévisions de résultats pour l'année, principalement en raison de la grève historique des pilotes, qui lui a coûté 137 millions d'euros. Un accord a été trouvé entre la compagnie aérienne et le principal syndicat de pilotes (Balpa) le mois dernier après deux mois de mouvement social.