"Nous avons fait une erreur et perdu beaucoup de confiance", reconnaît le groupe d'Herzogenaurach dans une lettre ouverte reçue par l'AFP qui sera publiée jeudi dans la presse.

Dans ce courrier titré "Adidas s'excuse", le groupe constate que sa décision sur les loyers "a été ressentie par beaucoup (...) comme peu solidaire", et il affirme avoir payé à ses propriétaires le loyer d'avril.

Durement touché par l'effondrement des ventes en Chine et les fermetures massives de magasins, l'équipementier sportif avait indiqué en fin de semaine dernière qu'il suspendait temporairement le paiement des loyers de ses magasins. Cela concerne toute l'Europe, selon Bild.

Venant d'un groupe qui a réalisé un bénéfice net de près de deux milliards d'euros l'an dernier, cette annonce avait provoqué des réactions irritées chez plusieurs responsables politiques allemands. Le ministre allemand du Travail, Hubertus Heil, l'avait notamment jugée "irresponsable".

Dimanche dernier, Adidas affirmait encore que le report demandé des loyers ne touchaient que "d'importantes sociétés immobilières et des entreprises d'assurance" propriétaires des magasins, et pas les "petits propriétaires privés".

Se retrouvant dans une situation "exceptionnelle" comme bien d'autres entreprises, Adidas explique ce mercredi qu'il doit procéder à "des coupes sombres" face aux ravages causés par l'épidémie de coronavirus sur ses activités.

Ainsi, 1.200 salariés sur 60.000 dans le monde vont être mis en chômage partiel, pendant que les membres du directoire vont renoncer à 50% de leur salaire "jusqu'à nouvel ordre", contre 30% pour l'échelon inférieur de management.

Adidas et d'autres enseignes, comme son rival Puma ou le géant suédois de l'habillement H&M, ont fait récemment des annonces de suspension du paiement de leurs loyers alors que le gouvernement allemand a dévoilé un important plan de sauvetage visant à protéger les entreprises et les emplois de l'impact économique de la pandémie.

"Nous avons fait une erreur et perdu beaucoup de confiance", reconnaît le groupe d'Herzogenaurach dans une lettre ouverte reçue par l'AFP qui sera publiée jeudi dans la presse. Dans ce courrier titré "Adidas s'excuse", le groupe constate que sa décision sur les loyers "a été ressentie par beaucoup (...) comme peu solidaire", et il affirme avoir payé à ses propriétaires le loyer d'avril.Durement touché par l'effondrement des ventes en Chine et les fermetures massives de magasins, l'équipementier sportif avait indiqué en fin de semaine dernière qu'il suspendait temporairement le paiement des loyers de ses magasins. Cela concerne toute l'Europe, selon Bild.Venant d'un groupe qui a réalisé un bénéfice net de près de deux milliards d'euros l'an dernier, cette annonce avait provoqué des réactions irritées chez plusieurs responsables politiques allemands. Le ministre allemand du Travail, Hubertus Heil, l'avait notamment jugée "irresponsable".Dimanche dernier, Adidas affirmait encore que le report demandé des loyers ne touchaient que "d'importantes sociétés immobilières et des entreprises d'assurance" propriétaires des magasins, et pas les "petits propriétaires privés".Se retrouvant dans une situation "exceptionnelle" comme bien d'autres entreprises, Adidas explique ce mercredi qu'il doit procéder à "des coupes sombres" face aux ravages causés par l'épidémie de coronavirus sur ses activités. Ainsi, 1.200 salariés sur 60.000 dans le monde vont être mis en chômage partiel, pendant que les membres du directoire vont renoncer à 50% de leur salaire "jusqu'à nouvel ordre", contre 30% pour l'échelon inférieur de management. Adidas et d'autres enseignes, comme son rival Puma ou le géant suédois de l'habillement H&M, ont fait récemment des annonces de suspension du paiement de leurs loyers alors que le gouvernement allemand a dévoilé un important plan de sauvetage visant à protéger les entreprises et les emplois de l'impact économique de la pandémie.