Le bénéfice net de janvier à mars a atteint 632 millions d'euros, dépassant la prévision établie par le consensus d'analystes interrogé par Factset. Le chiffre d'affaires a augmenté lui de 6% à taux de change constants, avec une pointe à +16% en Chine, pour totaliser 5,9 milliards d'euros.

En monnaie locale, le rival de Nike a vu ses ventes globales augmenter de 4%.

L'Amérique du Nord a affiché par contraste une timide croissance de 3%, hors effets de change, après qu'Adidas s'est dit en début d'année victime de goulets d'étranglements l'empêchant de fournir assez vite ce marché en textiles recherchés par les consommateurs

En Europe, un marché proche de la saturation, ses ventes ont reculé de 3,3%, prolongeant un recul observé l'an dernier et qui l'avait obligé à réagir en promettant de mieux répondre aux changements de tendance.

Ramenées en euros, les ventes de la marque Adidas ont globalement augmenté de 5% sur un an alors que celles de la griffe américaine dans le fitness, Reebok, ne parviennent toujours pas à décoller (-6%).

La marge brute a elle progressé de 2,5 points, à 53,6%, en raison de coûts d'approvisionnement moins élevés, d'un meilleur mix côté produits et canaux de distribution et d'effets de change favorables.

Le résultat opérationnel a ainsi grimpé de 17%, à 875 millions d'euros, dépassant les attentes de Factset.

Le bénéfice net de janvier à mars a atteint 632 millions d'euros, dépassant la prévision établie par le consensus d'analystes interrogé par Factset. Le chiffre d'affaires a augmenté lui de 6% à taux de change constants, avec une pointe à +16% en Chine, pour totaliser 5,9 milliards d'euros. En monnaie locale, le rival de Nike a vu ses ventes globales augmenter de 4%. L'Amérique du Nord a affiché par contraste une timide croissance de 3%, hors effets de change, après qu'Adidas s'est dit en début d'année victime de goulets d'étranglements l'empêchant de fournir assez vite ce marché en textiles recherchés par les consommateurs En Europe, un marché proche de la saturation, ses ventes ont reculé de 3,3%, prolongeant un recul observé l'an dernier et qui l'avait obligé à réagir en promettant de mieux répondre aux changements de tendance. Ramenées en euros, les ventes de la marque Adidas ont globalement augmenté de 5% sur un an alors que celles de la griffe américaine dans le fitness, Reebok, ne parviennent toujours pas à décoller (-6%). La marge brute a elle progressé de 2,5 points, à 53,6%, en raison de coûts d'approvisionnement moins élevés, d'un meilleur mix côté produits et canaux de distribution et d'effets de change favorables. Le résultat opérationnel a ainsi grimpé de 17%, à 875 millions d'euros, dépassant les attentes de Factset.