L'enseigne affirme pourtant que "les issues de secours sont l'une des exigences les plus fondamentales pour un fournisseur afin d'être autorisé à fournir H&M". Cela fait trois ans que la marque a signé l'accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention des incendies au Bangladesh, déplore achACT, précisant que "de nombreux fournisseurs stratégiques de l'enseigne n'assurent toujours pas la sécurité des travailleurs". Des améliorations sont cependant notées. "Notre analyse d'avril 2016 montre par exemple que tous les fournisseurs qui en janvier 2016 disposaient encore de portes de secours verrouillables les ont modifiées pour qu'elles s'ouvrent sans entrave. De même, un grand nombre de portes coulissantes ou pliables ont été remplacées par des portes plus sûres", indique la Clean Clothes Campaign (dont achACT fait partie). Cependant, les retards dans la mise en conformité des usines s'accumulent de "manière inquiétante", 70% des usines n'auraient toujours pas installé les portes coupe-feu permettant de ralentir la propagation du feu dans les voies d'évacuation. "Il est inacceptable que trois ans après la signature de l'Accord, les travailleurs des fournisseurs de H&M risquent toujours de se retrouver pris au piège à l'intérieur de leur usine en cas d'incendie", clame Jean-Marc Caudron, responsable des actions urgentes à achACT. Des actions similaires à celle de Namur étaient organisées dans 26 autres endroits de par le monde afin d'appeler H&M à respecter cet accord. achACT a également lancé des actions d'interpellation en ligne. (Belga)

L'enseigne affirme pourtant que "les issues de secours sont l'une des exigences les plus fondamentales pour un fournisseur afin d'être autorisé à fournir H&M". Cela fait trois ans que la marque a signé l'accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention des incendies au Bangladesh, déplore achACT, précisant que "de nombreux fournisseurs stratégiques de l'enseigne n'assurent toujours pas la sécurité des travailleurs". Des améliorations sont cependant notées. "Notre analyse d'avril 2016 montre par exemple que tous les fournisseurs qui en janvier 2016 disposaient encore de portes de secours verrouillables les ont modifiées pour qu'elles s'ouvrent sans entrave. De même, un grand nombre de portes coulissantes ou pliables ont été remplacées par des portes plus sûres", indique la Clean Clothes Campaign (dont achACT fait partie). Cependant, les retards dans la mise en conformité des usines s'accumulent de "manière inquiétante", 70% des usines n'auraient toujours pas installé les portes coupe-feu permettant de ralentir la propagation du feu dans les voies d'évacuation. "Il est inacceptable que trois ans après la signature de l'Accord, les travailleurs des fournisseurs de H&M risquent toujours de se retrouver pris au piège à l'intérieur de leur usine en cas d'incendie", clame Jean-Marc Caudron, responsable des actions urgentes à achACT. Des actions similaires à celle de Namur étaient organisées dans 26 autres endroits de par le monde afin d'appeler H&M à respecter cet accord. achACT a également lancé des actions d'interpellation en ligne. (Belga)