"Les gouvernements européens pourraient décider la signature du premier traité transatlantique (le CETA) dès ce jeudi 22 septembre", indique Michel Cermak, chargé de plaidoyer politique sur les accords de commerce transatlantiques pour le CNCD 11-11-11, qui coordonne la manifestation. "Les ministres européens du Commerce décideront si l'Europe signe ou pas ce traité avec le Canada." Selon lui, "ce traité représente le cheval de Troie du TTIP avec les Etats-Unis. En effet, il suffirait aux entreprises américaines de créer une filiale au Canada pour avoir accès au marché européen et utiliser les cours d'arbitrage privées prévues par le CETA." Fin août, le ministre allemand de l'Économie, Sigmar Gabriel, avait annoncé que les négociations sur le TTIP avaient échoué. "Cela me parait à la fois positif et préoccupant", estime M. Cermak. "D'une part, on voit bien que le sujet est devenu d'ampleur. On en parle, ce qui n'était pas le cas au départ. Mais, si les négociations battent peut-être de l'aile, elles se poursuivent malgré tout. Je constate que le fond du message n'est toujours pas entendu, malgré une pétition qui a récolté quelque 3,5 millions de signatures." (Belga)