Les manifestants ont notamment félicité les parlementaires wallons et de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour leur résistance. La CNE exprime une inquiétude partagée sur l'accord conclu jeudi en comité de concertation et appelle le parlement wallon à se donner du temps pour l'examiner en détail. "Beaucoup de lignes rouges du parlement wallon ne sont pas respectées dans l'accord", remarque Etienne Lebeau, expert des questions européennes du syndicat chrétien pour employés. "Le tribunal d'arbitrage est maintenu, avec des améliorations proposées qui étaient pour la plupart déjà prévues dans le mécanisme antérieur. Ne pas mentionner qu'il faut d'abord avoir recours aux juridictions ordinaires avant de faire appel à ces tribunaux d'arbitrage est vraiment une capitulation. Il n'y a pas d'équilibre entre les droits des multinationales ou des investisseurs et leurs responsabilités. Les normes de protection des investissements sont très fortes, au point de pouvoir obtenir des dédommagements financiers par rapport à des législations. Il aurait fallu leur opposer des responsabilités en matière sociale et environnementale. Les citoyens, les ONG comme les syndicats n'ont, eux, pas la possibilité de saisir ces tribunaux." (Belga)