L'entreprise pharmaceutique avait connu quelques tensions en fin d'année, notamment à la suite de l'annonce de sa volonté de supprimer 28 postes. Une première proposition de plan social avait été rejetée par plus de deux tiers du personnel votant. "Aujourd'hui, un nouveau plan social a été approuvé, avec 75% des voix", indique Gijs Laureys, de la LBC-NVK, mardi. Une procédure de départ volontaire est notamment prévue, ainsi qu'un trajet interne de remise à l'emploi. Un accord a également été trouvé au sujet des plus de 55 ans, avec possibilité d'opter pour une période de travail à temps partiel. La solution serait "neutre" sur le plan budgétaire. En 2016, 73 postes avaient été supprimés dans l'entreprise. En 2017, "40 postes pourraient disparaitre", indique le délégué. Environ 5.100 personnes travaillaient début décembre pour l'entreprise belge, selon la direction. (Belga)

L'entreprise pharmaceutique avait connu quelques tensions en fin d'année, notamment à la suite de l'annonce de sa volonté de supprimer 28 postes. Une première proposition de plan social avait été rejetée par plus de deux tiers du personnel votant. "Aujourd'hui, un nouveau plan social a été approuvé, avec 75% des voix", indique Gijs Laureys, de la LBC-NVK, mardi. Une procédure de départ volontaire est notamment prévue, ainsi qu'un trajet interne de remise à l'emploi. Un accord a également été trouvé au sujet des plus de 55 ans, avec possibilité d'opter pour une période de travail à temps partiel. La solution serait "neutre" sur le plan budgétaire. En 2016, 73 postes avaient été supprimés dans l'entreprise. En 2017, "40 postes pourraient disparaitre", indique le délégué. Environ 5.100 personnes travaillaient début décembre pour l'entreprise belge, selon la direction. (Belga)