En 2018, la compagnie irlandaise avait été paralysée à plusieurs reprises par des grèves de ses pilotes ou de son personnel de cabine, ce qui l'avait poussée à ouvrir des négociations avec les syndicats.

En Belgique, il avait finalement été convenu qu'elle applique le droit belge à ses travailleurs. Une convention collective de travail a déjà été conclue pour les pilotes.

Les négociations pour le personnel de cabine, elles, se poursuivent et sont sur le point d'aboutir, selon le syndicat chrétien. "Des textes sont sur la table et il ne faut plus discuter que sur des virgules", a-t-il assuré.

Dans ces textes, la compagnie s'engagerait à respecter les salaires minimums qui prévalent dans le secteur, ce qui conduirait à une hausse salariale de 20 à 25% pour le personnel de cabine et même à un doublement pour les plus bas salaires (de 900 à 1.800 euros).

En 2018, la compagnie irlandaise avait été paralysée à plusieurs reprises par des grèves de ses pilotes ou de son personnel de cabine, ce qui l'avait poussée à ouvrir des négociations avec les syndicats. En Belgique, il avait finalement été convenu qu'elle applique le droit belge à ses travailleurs. Une convention collective de travail a déjà été conclue pour les pilotes. Les négociations pour le personnel de cabine, elles, se poursuivent et sont sur le point d'aboutir, selon le syndicat chrétien. "Des textes sont sur la table et il ne faut plus discuter que sur des virgules", a-t-il assuré. Dans ces textes, la compagnie s'engagerait à respecter les salaires minimums qui prévalent dans le secteur, ce qui conduirait à une hausse salariale de 20 à 25% pour le personnel de cabine et même à un doublement pour les plus bas salaires (de 900 à 1.800 euros).