Depuis 2020, des chercheurs de l'Institut international d'histoire sociale (IISH) enquêtent sur l'implication des anciens responsables de la banque dans l'esclavage. L'établissement bancaire Hope & Co, fondé au XVIIIe siècle et qui a précédé la naissance d'ABN Amro, accordait notamment des prêts aux plantations où travaillaient des esclaves. La banque a également activement participé à la gestion de ces plantations, exhortant parfois les propriétaires à acheter ou à vendre des esclaves. "L'actuelle ABN Amro ne peut pas séparer cette période de son histoire. Nous réalisons que cette injustice du passé s'est poursuivie après l'abolition officielle de l'esclavage. ABN Amro présente ses excuses pour les actions et la douleur infligées par ses prédécesseurs", a déclaré le CEO Robert Swaak. La banque n'offre pas de compensation financière mais indique souhaiter agir davantage pour lutter contre les inégalités sociales et promouvoir la diversité. (Belga)

Depuis 2020, des chercheurs de l'Institut international d'histoire sociale (IISH) enquêtent sur l'implication des anciens responsables de la banque dans l'esclavage. L'établissement bancaire Hope & Co, fondé au XVIIIe siècle et qui a précédé la naissance d'ABN Amro, accordait notamment des prêts aux plantations où travaillaient des esclaves. La banque a également activement participé à la gestion de ces plantations, exhortant parfois les propriétaires à acheter ou à vendre des esclaves. "L'actuelle ABN Amro ne peut pas séparer cette période de son histoire. Nous réalisons que cette injustice du passé s'est poursuivie après l'abolition officielle de l'esclavage. ABN Amro présente ses excuses pour les actions et la douleur infligées par ses prédécesseurs", a déclaré le CEO Robert Swaak. La banque n'offre pas de compensation financière mais indique souhaiter agir davantage pour lutter contre les inégalités sociales et promouvoir la diversité. (Belga)